«Le Cauchemar de Darwin» n'est pas une «supercherie»

JUSTICE Après trois ans de polémique autour du documentaire, l'affaire semble enfin close...

Sa. C. avec agence

— 

Troisième chance française aux Oscars, dans la catégorie du documentaire, "Le cauchemar de Darwin" raconte comment l'introduction de la perche du Nil, poisson prédateur, a bouleversé l'écosystème du lac Victoria en Afrique tropicale, en détruisant quasiment toutes les populations de poissons endémiques.
Troisième chance française aux Oscars, dans la catégorie du documentaire, "Le cauchemar de Darwin" raconte comment l'introduction de la perche du Nil, poisson prédateur, a bouleversé l'écosystème du lac Victoria en Afrique tropicale, en détruisant quasiment toutes les populations de poissons endémiques. — AFP/Archives

La brouille qui oppose l’historien François Garçon à Hubert Sauper, le réalisateur  autrichien du «Cauchemar de Darwin», a connu son dernier acte, mercredi. Poursuivi en diffamation par le réalisateur pour avoir qualifié son film de «supercherie», l’historien a vu sa condamnation pour diffamation confirmée par la cour d'appel de Paris.
 
Trois ans de polémique

 
Le conflit entre les deux hommes remonte à décembre 2005, date à laquelle François Garçon publie un article à charge dans la revue «Les Temps modernes». Il remet en cause le documentaire, sorti sur les écrans en mars 2005, qui montre que la pêche intensive de la perche du Nil en Tanzanie est l’un des facteurs de la misère des populations locales et suggère que les avions utilisés pour le transport du poisson servent à un trafic d'armes.
 
La bande-annonce du film:

 


Le cauchemar de Darwin
envoyé par vinc1978

 
Garçon accuse Hubert Sauper d'avoir fait croire que les carcasses de poisson étaient destinées à la consommation humaine, de n'avoir pas démontré le trafic d'armes qu'il dénonçait et d'avoir payé des enfants pour «jouer et rejouer des scènes».

La polémique n’entache cependant pas le succès du film, nominé aux Oscars en février 2006, qui reçoit le César du meilleur premier film en mars 2006. Le 24 avril 2006, le film, diffusé sur Arte, décroche même le meilleur score d’audience de l’année sur cette case de programmation.
 
Acharnement?
 
Garçon réitère ses accusations en novembre 2006 avec le livre «Enquête sur Le Cauchemar de Darwin», une contre-enquête sur le documentaire, et crée un site sur lequel il diffuse les interviews qu’il a réalisées sur place.

Rebelote le 21 janvier 2007, dans une émission de RFI animée par Benoît Ruelle. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase: Sauper décide d’entamer une procédure juridique pour diffamation qui aboutit au procès, le 18 janvier 2008.
 
Garçon est condamné en février 2008 mais ne s’avoue pas vaincu. Il fait appel et maintient ses accusations de «supercherie» à l'encontre du film devant la cour d'appel de Paris, en novembre 2008. Un «acharnement aussi spectaculaire que peu explicable», juge l’avocat du réalisateur Hubert Sauper. Sans effet puisque la cour d'appel a confirmé en tout point sa condamnation (voir encadré).

CONDAMNATION

La cour d'appel de Paris a confirmé en tout point le jugement rendu le 22 février 2008 par le tribunal correctionnel de Paris: 500 euros d'amende avec sursis, un euro de dommages et intérêts, ainsi que la diffusion d'un communiqué mentionnant sa condamnation par Radio France Internationale (RFI), où il avait tenu les propos incriminés, le 21 janvier 2007.

Mots-clés :