« Les films sont faits pour être réinventés »

Recueilli par Caroline Vié - ©2008 20 minutes

— 

Ça vous amuse de jouer un méchant extraterrestre ?

Il n'est pas vraiment méchant : il vient prévenir les humains que s'ils ne changent pas de comportement au sujet de l'environnement, les choses vont se gâter. C'est un bon message.

Vous pensez qu'on a besoin d'un choc aussi fort pour évoluer ?

Peut-être pas d'une invasion extraterrestre, mais il est évident que la race humaine ne se bouge que lorsqu'elle se sent coincée. La crise est indispensable pour nous faire évoluer et j'espère juste que les gouvernements prendront leurs responsabilités à temps.

Vous faites confiance à la politique de Barack Obama ?

Je place beaucoup d'espoir en lui, mais je sais que sa besogne ne va pas être facile. J'espère qu'il saura garder le cap malgré les embûches qui l'attendent, car son élection est porteuse de grands espoirs pour notre pays et pour le monde entier.

Pourquoi fait-on autant de remakes à Hollywood ?

Vous en faites aussi en France ! Combien de fois avez-vous refait Le Comte de Monte-Cristo ou Les Trois Mousquetaires ? Ce n'est pas parce qu'il s'agit d'encre et de papier que le phénomène est différent. Là, nous avons totalement actualisé l'intrigue en la centrant sur l'écologie au lieu de parler de la guerre froide comme dans la version de 1951.

Vous imagineriez un remake de Matrix dans quelques décennies ?

Ce serait marrant. Je pourrais y faire une petite apparition un peu comme Marlon Brando dans Superman. Les films sont faits pour être réinventés : ils ne sont pas gravés dans le marbre.

De quoi êtes-vous le plus fier dans votre carrière ?

J'ai participé à des films aussi différents que My Own Private Idaho, Point Break ou Matrix. Ça me comble de joie. A 44 ans, je ne suis qu'à la moitié de ma vie, j'attends la suite avec curiosité.