Agents pas si secrets

Alexis Ferenczi

— 

L'acteur britannique Daniel Craig, qui incarne à nouveau James Bond dans le film "Quantum of solace", a déclaré qu'il désirait jouer aussi longtemps que possible le rôle du célèbre agent 007.
L'acteur britannique Daniel Craig, qui incarne à nouveau James Bond dans le film "Quantum of solace", a déclaré qu'il désirait jouer aussi longtemps que possible le rôle du célèbre agent 007. — Adrian Dennis AFP/Archives

L’espion le plus connu au cinéma est anglais. Il s’appelle James Bond. Son matricule, le 007, n’a rien à voir avec son portable mais équivaut à une autorisation de dézinguer tout ce qui respire. Sa célébrité? Elle vient surtout de son incroyable longévité. Pourtant, entre adaptation de romans (John le Carré ou Joseph Conrad), parodies, espions en temps guerre et bureau de la CIA, le cinéma regorge d’autres figures d’agents secrets plus ou moins sérieux.

L’Espion qui est presque Frenchy

Qui? OSS 117 ou Hubert Bonisseur de La Bath
Où? Dans treize films. De «OSS 117 n’est pas mort» (1957) à «OSS 117: Rio ne répond plus» dont la sortie est prévue en 2009.
Comment? Adaptation des romans du prolifique Jean Bruce. L’agent (au départ Américain) est remis au goût du jour par Jean Dujardin dans «OSS 117: Le Caire, nid d’espions», une parodie sympathique des films de genre.




L’Espion mais pas trop

Qui? Roger Thornill
Où? Dans «North by Northwest» (1959) d’Alfred Hitchcock
Comment? De manière incongrue. Une organisation criminelle d’espions est persuadée que Roger Thornhill (Cary Grant), employé new-yorkais, n’est autre que Georges Kaplan, l’agent de la CIA. Poursuivi par les méchants et le quiproquo, Thornhill rebondit de péripéties en péripéties jusqu’à la scène finale d’escalade sur le Mont Rushmore.
Dans le même genre: Dans «The Mandchurian Candidate» (1962), des soldats américains rentrent de la guerre de Corée sans savoir qu’ils vont être manipulés pour devenir des assassins. Le major Bennett Marco (Frank Sinatra) tente de déjouer le complot.




L’Espion qui fait vrai

Qui? Ethan Hunt
Où? Dans «MI» (1996), «MI-II» (2000), «MI-III» (2006)
Comment? Adaptation de la série à succès, Mission Impossible c’est la musique de Lalo Schifrin, des gadgets innovants et plein d’hélicoptères. Tom Cruise joue le rôle d’Ethan Hunt, agent d’une branche officieuse de la CIA qui doit se débarrasser des briefings de mission avant qu’ils n’explosent. Spectaculaire mais rationnel, on y découvre les nouveaux canons du film d’action.
Dans le même genre: La trilogie Jason Bourne, volontairement réaliste, avec Matt Damon. Les multiples tentatives d’adaptation des livres de Tom Clancy et de son personnage d’espion Jack Ryan.




L’Espion qui fait moins vrai

Qui? Hellboy
Où? Dans «Hellboy» et «Hellboy II»
Comment? On ne risque pas d’apprendre l’existence d’une division paranormale de la CIA. Mais on peut toujours espérer que si des démons envahissent la surface de la terre, Hellboy (Ron Perlman) sera là pour nous défendre avec son gros poing rouge. C’est le «geek» de la sélection mais un vrai espion pour les forces occultes.
Dans le même genre: Les «Men In Black» qui, si des méchants extraterrestres envahissent la surface de la terre, seront là pour nous défendre avec leurs gros flingues argentés.




L’Espion qui cherche avant tout à tirer son coup
Qui? Austin Powers
Où? Dans «Austin Powers: The Spy Who Shagged Me» et «Austin Powers Goldmember» notamment
Comment? Austin Powers, interprété par Mike Myers, est photographe de mode et agent secret. Il sauve le monde des projets du Docteur Denfer (joué par… Mike Myers) et rencontre plein de filles que son charme anglais séduit inévitablement.
Dans le même genre: James Bond période Sean Connery. Et pour l’humour kitsch, «Top Secret» où Val Kilmer jongle avec l’absurde de manière hilarante (pour l'époque).