Les photos de la honte

Caroline Vié

— 

C'était le grand scandale de l'année 2004: les photos de détenus irakiens torturés de la prison d'Abou Ghraib. Errol Morris lui consacre un documentaire, S.O.P.: Standard Operating Procedure. Le réalisateur oscarisé de The Fog of War fait parler les bourreaux américains pour tenter d'expliquer leur dérapage. «On a blâmé les sous-fifres puis étouffé l'affaire, explique Morris, car personne n'avait envie de creuser.» Lui l'a fait en gagnant la confiance des soldats, qui s'expriment à coeur ouvert. «Ils étaient heureux qu'on leur donne la parole ; ils ont l'impression d'avoir été victimes d'une injustice.» Leurs témoignages, empreints d'une naïveté stupéfiante, glacent le sang. «Serions-nous tous capables d'actes aussi odieux?, interroge Morris. J'aime à penser que non, mais je n'en suis pas si sûr.»