Y a que la vérité qui blesse

S. U. - ©2008 20 minutes

— 

« Vas-y, fais-moi perdre 700 000 téléspectateurs quand on va annoncer que Philippe est amoureux de Patrick. » L'animateur-producteur de télé Laurent Fontaine n'est pas homophobe. Non. Le problème, c'est plutôt l'homophobie supposée de son public, les fameuses « ménagères », sans qui « Y a que la vérité qui compte » n'aurait pu exister.

Le documentaire 20 minutes de bonheur, qui plonge avec délice dans les coulisses de l'ancienne émission phare de TF1, n'est pas un film à charge. C'est une oeuvre qui, pariant sur la sincérité des uns pour venir en aide à la détresse des autres, laisse les faits parler d'eux-mêmes. Alors que leur émission venait de s'arrêter, Bataille et Fontaine ont tenté d'interdire la diffusion de ce film qui risquait de les gêner pour retrouver du boulot.