Juliette Binoche: «Un regard juste et tendre sur la famille»

DEAUVILLE Juliette Binoche a conquis le festival dans «Coup de foudre à Rhodes Island»...

Recueilli par Caroline Vié, à Deauville

— 

Juliette Binoche joue dans «Le Voyage du Ballon Rouge» de Hou Hsiao Hsien pour «Un Certain Regard»
Juliette Binoche joue dans «Le Voyage du Ballon Rouge» de Hou Hsiao Hsien pour «Un Certain Regard» — Reuters
Juliette Binoche a conquis le festival dans «Coup de foudre à Rhodes Island», de Peter Hedges. Interview.


Coup De Foudre à Rhode Island
envoyé par COMME-AU-CINEMA

Etiez-vous une fan de Steve Carell avant de le rencontrer sur le tournage du film?
J'ai beaucoup apprécié sa prestation dans Little Miss Sunshine. En revanche, 40 ans, toujours puceau n'est vraiment pas ma tasse de thé. Je préfère un humour plus subtil. Et c'est pour cela que j'ai choisi de travailler avec lui sur Coup de foudre à Rhode Island, une comédie qui me semblait porter un regard juste et tendre sur la famille.

Vous êtes-vous davantage amusée que sur des films plus dramatiques?
En fait, c'était plus difficile pour moi de canaliser mon énergie dans la comédie que de la laisser s'exprimer dans le drame. C'était quelque chose de différent, donc d'enrichissant.

Cela veut-il dire que vous êtes avide de nouvelles expériences?
Il est très important de ne pas toujours faire la même chose. C'est pour cela que je me suis investie dans In-i, le spectacle de danse monté en collaboration avec le chorégraphe Akram Khan. Je n'avais jamais dansé auparavant et j'avais envie de me lancer ce défi. L'entraînement a été très dur, mais je me suis prouvé que je pouvais y arriver à 44 balais. Je joue le ballet à Londres en ce moment, puis je le reprendrai à Paris en novembre, au Théâtre de la Ville.

La Cinémathèque française va aussi vous rendre hommage en novembre, cela vous a-t-il fait repenser à votre carrière?
Je suis davantage tournée vers l'avenir que vers le passé. Je suis surtout heureuse que le public puisse découvrir mes tableaux. Ce sont des portraits des réalisateurs avec lesquels j'ai travaillé. La peinture et l'écriture sont très importantes dans ma vie. Pourquoi me limiterais- je à un seul mode d'expression?

Vous êtes-vous sentie dépossédée quand Marion Cotillard a reçu son oscar?
Pas du tout ! J'étais ravie qu'elle reçoive cette récompense très méritée. Je ne ressens aucun instinct de possession pour l'oscar, bien que je sois fière de l'avoir obtenu pour Le Patient anglais. Après tout, Simone Signoret l'avait déjà eu avant moi.