CINEMA

«Gomorra», la mafia à fleur de peau

Matteo Garrone livre une adaptation implacable du best-seller de Roberto Saviano...

La vie quotidienne d’une banlieue napolitaine placée sous la coupe de la mafia. Matteo Garrone livre une adaptation implacable de «Gomorra», le best-seller de Roberto Saviano.

Le topo si vous avez raté le début
Les destins entremêlés de plusieurs personnes dont la Camorra va changer la vie. Entretenus, terrifiés ou fascinés par la mafia, tous sont concernés quel que soit leur sexe ou leur âge.

Les têtes à retenir
Toni Servillo vole la vedette en gangster chargé de faire disparaître des déchets toxiques. Cet acteur exceptionnel a été à l’affiche des films de Paolo Sorrentino, tous présentés au Festival de Cannes: «Les conséquences de l’amour» (2004), «L’ami de la famille» (2005) et «Il Divo» (2008).

La réplique qui tue
- «On peut traiter les déchets toxiques que vous produisez en un an.»
- 800 tonnes?
- « Aucun problème. »
Le parrain Franco (Toni Servillo) négocie avec un patron d’entreprise.

Backstage
La Camorra sévit à Naples et en Campanie. L’auteur Roberto Saviano a révélé tant de choses sur l’organisation dans son livre «Gomorra, Dans l’empire de la Camorra» (publié chez Gallimard) que sa vie est menacée. Il était d’ailleurs placé sous haute protection policière lors de sa visite au Festival de Cannes où le film a remporté le Grand Prix. Selon lui, les mafias italiennes ont causé plus de 10.000 morts en trente ans! Matteo Garrone a choisi de filmer de façon très simple pour rendre justice à la réalité violente des faits dont il s’est inspiré.

Le plus du film
On y croit. Ces hommes et ces femmes vivent devant le spectateur car leurs actions sont montrés de façon réaliste. Les deux gamins nourris de cinéma américain qui défient l’organisation reste longtemps en mémoire par leur inconscience. Garrone montre bien les différents terrains d’action de la Camorra, des plus discrets au plus flamboyants. Il évite de déifier les gangsters, dépeints sans la moindre complaisance.

Le moins du film
On n’apprend pas grand-chose! Le livre est beaucoup plus éclairant sur les agissements de la mafia. La mise en scène, trop plate, finit par lasser et l’action est trop répétitive. On préfère «Les Affranchis» de Martin Scorsese.

La vidéo