Pascal Laugier: «Mon film peut faire réfléchir»

INTERVIEW Le réalisateur de «Martyrs» revient sur la possible interdiction de son film aux moins de 18 ans...

Recueilli par C.V.

— 

Image extraite du film "Martyrs" de Pascal Langier
Image extraite du film "Martyrs" de Pascal Langier — Wild Bunch Distribution

Le réalisateur de «Martyrs» Pascal Laugier revient sur la possible interdiction de son film aux moins de 18 ans...

Comment recommander «Martyrs» aux moins de 18 ans?

Je suis conscient que mon film peut déranger mais ce type de cinéma m'a moi-même conduit à des questionnements formateurs. J'aimerais perpétuer la tradition et voir d'autres réalisateurs le faire. Martyrs ne contient aucune violence gratuite. Au contraire, il peut faire réfléchir de jeunes spectateurs dès 16 ans.

Comment expliquez-vous le durcissement de la commission?
On sentait venir cette tendance avec l'interdiction aux moins de 18 ans de «Saw 3» en novembre 2006. Dès qu'il y a une crispation et une angoisse dans la société, on agite des marottes comme le cinéma d'horreur. Ce n'est pas nouveau, mais ce retour au conservatisme pénalise le cinéma de genre.

Pourquoi faut-il défendre Martyrs?
Je ne me bats pas que pour moi. Je pense aussi aux autres réalisateurs qui n'ont pas envie de faire des longs-métrages formatés pour la télévision et qui ne trouveront plus de producteurs à moins de s'exiler. Le cinéma d'horreur français est très apprécié à l'étranger. Il participe au rayonnement de notre culture. L'empêcher d'exister, c'est tout simplement se priver d'une forme d'expression culturelle.