Marina Hands: «Même pour les scènes sexuelles, il n’y avait pas de tape-à-l’œil»

Recueilli par Alice Antheaume, à Cannes

— 

Marina Hands, le 24 mai 2008 au Festival de Cannes
Marina Hands, le 24 mai 2008 au Festival de Cannes — Reuters

A 33 ans, la belle actrice, déjà césarisée pour son rôle dans «Lady Chaterley» de Pascale Ferran, a fait partie du jury des Courts métrages du Festival de Cannes, présidé cette année par le réalisateur Hou Hsiao Hsien. Interview.

C’était difficile de trouver le court métrage «palmable»?

Oui, car il ne faut pas confondre son goût personnel et la qualité du «filmage». Dire «j’aime/j’aime pas» n’est la question. De même, dire «je ne supporte pas la lenteur» n’est pas un argument: il faut voir ce qui fait le film. On a alors décerné deux prix. La Palme d’or du court métrage pour «Megatron» du Roumain Marian Crisan, l’histoire d’une maman qui emmène son petit garçon au McDo pour fêter son anniversaire. Un film déchirant sur la solitude. Et un prix du jury à «Jerrycan» de l’Australien Julius Avery, un film très stylisé, rempli de musiques, qui témoigne d’une maîtrise parfaite de la caméra. C’était mon film préféré.

Qu’avez-vous pensé du court métrage de Mélanie Laurent, qui n’est pas récompensé?

Son film, «De moins en moins», était extrêmement cohérent et très harmonieux. C’est surtout un film d’actrice pour une autre actrice (le rôle principal est joué par Delphine Benattar, ndlr).

Quels sont points communs entre les courts métrages cette année?

Certains disent que la sélection était très sombre, mais non. Je dirais plutôt que les films avaient souvent une sorte de pudeur, de délicatesse dans la réalisation, même pour les scènes sexuelles. On n’était pas du tout dans le tape-à-l’œil.

Pas de Coco pour Marina
Marina Hands ne jouera finalement pas le rôle de Coco Chanel dans le film «Coco et Igor», l’histoire de la liaison entre l’égérie de mode et le compositeur du «Sacre du Printemps», Igor Stravinsky. «Je me suis retirée du projet il y a trois semaines, explique l’actrice. La production et le réalisateur William Friedkin ne se sont pas entendus et du coup, William est parti. Je l’ai suivi et je suis plutôt soulagée. Je trouvais bizarre que l’on soit plusieurs actrices à incarner Coco Chanel (dont Audrey Tautou, ndlr). Ça arrive que des gros projets comme celui-ci dégringolent. Ce n’est pas grave, je ferai autre chose…»