Tarantino donneur de leçon... de cinéma

A Cannes, Caroline Vié - ©2008 20 minutes

— 

Comme on pouvait s'y attendre, les fans étaient nombreux pour la Leçon de cinéma de Quentin Tarantino ce jeudi. Ceux qui sont parvenus à entrer dans la salle n'ont pas été déçus. Le réalisateur a répondu aux questions avec son enthousiasme habituel, s'emportant au point d'oublier parfois de parler dans son micro. Quentin Tarantino se montre si volubile qu'il est l'un des rares réalisateurs à pouvoir s'émerveiller devant des extraits de ses films sans avoir le moins du monde l'air prétentieux. « C'est après une séance de travail à Sun­dance avec des cinéastes con­nus comme Terry Gilliam ou Monte Hellman que j'ai compris que ma carrière se diviserait entre les personnes qui aimeraient mon travail et celle qui le haïraient », a-t-il avoué. Ses détracteurs ne s'étant pas déplacés, c'est sous les applaudissements que se terminaient les projections de scènes de Reser­voir Dogs, Pulp Fiction, Jac­kie Brown ou Kill Bill. « J'adore pendre des figures obligées du cinéma de genre et essayer de les revisiter à ma façon », a-t-il déclaré après avoir revu une séquence de Boulevard de la mort. « Quand j'ai commencé le tournage de Reservoir Dogs, mon premier film, j'ai cru que j'allais me faire virer ! Je ne pensais pas qu'on laissait des gens comme moi réaliser des films ! ». Quentin Tarantino a parcouru un long chemin entre le vidéoclub où il travaillait dans sa jeunesse et la Croisette, mais il n'a rien perdu de son amour pour le cinéma. « Merci d'être venus », a-t-il dit, visiblement ému, à la fin d'une présentation passionnante de deux heures qui s'est conclue par une ruée de chasseurs d'autographes.