«Che» un bon film

CRITIQUE On n'a pas vu les 4h28 passer...

Caroline Vié
— 
Benicio del Toro dans "Che"
Benicio del Toro dans "Che" — Warner Bros. France

Il est facile d’imaginer les jeux de mots qui se faisaient sur le titre «Che» avant la projection du film de Steven Soderbergh, ce mercredi soir. Et pourtant, non malgré ses quatre heures vingt-huit, cette fresque sur le révolutionnaire argentin n’a pas «Che» les spectateurs. Ils étaient bichonnés pour supporter le marathon. Les organisateurs, prudents, avaient préparé des sandwiches pour l’entracte, histoire de remonter le public entre les deux parties! 


«Che» démontre par l’exemple que le temps est une notion subjective car le film a connu moins de grands départs et reçu moins de huées que La femme sans tête de Lucretia Martel qui ne dure que 90 minutes. La performance de Benicio Del Toro, méconnaissable en Che Guevara plus vrai que nature, le place au rang de favori pour le Prix d’interprétation masculine voire pour l’Oscar de l’année prochaine. Le réalisateur d’«Ocean’s 13» signe son meilleur film depuis longtemps en suivant l’évolution de ce personnage iconique dont il montre l’évolution de la victoire à Cuba aux côtés de Fidel Castro à son exécution en Bolivie le 9 octobre 1967.