«Faire un casse à Cannes? Facile. Plus il y a de policiers, plus ils se prennent les pieds dans le tapis»

Recueilli par Alice Antheaume

— 

... mais Elsa Zilberstein qui prend la relève. (Pour revivre les montées des marches de l'inégalable Sophie Marceau, en images, cliquez ici)
... mais Elsa Zilberstein qui prend la relève. (Pour revivre les montées des marches de l'inégalable Sophie Marceau, en images, cliquez ici) — JEAN-PAUL PELISSIER/REUTERS

Quand on est un producteur-réalisateur fauché et qu’on a fait un film pourri, comment faire parler de soi pendant le festival de Cannes? En organisant le kidnapping de l’actrice du film, pardi. Tel est le scénario – fictif - du livre de Philippe Colin-Olivier, «L’Actrice», paru aux éditions du Passage. Interview de l’auteur, 66 ans, qui arpente le Festival depuis 40 ans. 

Pourquoi avoir mis votre histoire au centre du Festival de Cannes?

Parce que ce Festival concentre tous les fantasmes et les désirs humains sur seulement trois kilomètres de Croisette. Le désir de celui qui veut faire un film, le désir de l’actrice qui veut être vue, le désir du type qui veut croiser des stars, etc. Si vous allez aux 24h du Mans, il n’y a que des hommes qui veulent voir une course de voitures, mais à Cannes, il y a des désirs, féminins comme masculins, de toutes les strates sociales.

Dans votre livre, en plus du kidnapping de l’actrice, vous évoquez aussi un casse de bijoux…

Cannes brasse énormément d’argent. Côté bijouterie, toute la place Vendôme est présente au Festival. Chaque joaillier fait des pieds et des mains pour que telle ou telle actrice porte un de leurs bijoux, quitte à ce qu’on ne voit qu’une demi-seconde, à la télé, le collier porté par la comédienne. Ou même pire: que celle-ci porte un bracelet ultra cher mais que, alors qu’elle pose pour les photographes, elle mette ses mains derrière le dos. Cela valorise peut-être la forme de sa robe, mais du coup, plus de bracelet à l’écran.

Selon vous, un casse des bijoux à Cannes est-il plausible dans la réalité?

Oui, assez facilement. Car plus il y a de policiers issue de différents corps (CRS, police privée, police municipale, police nationale…), plus ils se prennent les pieds dans le tapis. Ils se font trop de concurrence pour pouvoir agir vite. Le mieux, ce serait de faire le casse par la route puisque les bijoux sont apportés en voiture. Pour un braqueur, ce serait le meilleur coup pour se faire connaître du monde entier.