Les 10 moments cultes du festival de Cannes

CINEMA Revivez, en vidéo, les temps forts qui ont rythmé le festival de Cannes, ces soixante dernières années...

Sandrine Cochard

— 

Revivez, en vidéo, les temps forts qui ont rythmé le festival de Cannes, ces soixante dernières années. Des vidéos mises à disposition par l'INA

1962: Lors de la soirée de présentation des «Amants de Teruel», une cohue de photographes se pressent devant une jeune fille de 16 ans, en maillot de bain sous son manteau de fourrure ouvert, qui virevolte devant eux. Les agents de police s’interposent finalement et mettent fin au scandale. Shocking.


1963: Alfred Hitchcock sur la Croisette. Une interview, dans un français impeccable, où le maître revient sur sa vie personnelle, qui a influencé son cinéma, et explique les ficelles d’un bon suspens…


1973: «La grande bouffe», de Marco Ferreri, fait scandale. Les spectateurs rejettent l’histoire de ces quatre amis qui entreprennent un suicide collectif gastronomique. Se posant comme une critique de la société de consommation, il sera hué. «Nous tendions un miroir aux gens et ils n'ont pas aimé se voir dedans. C'est révélateur d'une grande connerie», répondra Philippe Noiret, un des acteurs du film.


1979: Présidente du jury, Françoise Sagan veut donner la Palme d'or au «Tambour» de Volker Schlöndorff. Problème: la moitié du jury penche pour «Apocalypse Now» de Francis Ford Coppola. L'écrivain exige que sa voix compte double mais elle doit y renoncer devant l'hostilité du directeur général Robert Favre Le Bret. La Palme d'or est finalement attribuée ex æquo aux deux films, après d’âpres négociations. Françoise Sagan quittera la Croisette furieuse et accusera, dans «Paris Match», les organisateurs du festival de truquer la compétition.



1983: les photographes boycottent Isabelle Adjani. Considérant que la star a envers eux des attitudes de diva, ils décident de boycotter sa montée des marches pour «L'Eté meurtrier», tournant le dos à la star et déposant par terre leurs appareils...


1987: Maurice Pialat reçoit La Palme d’or sous les huées, pour «Sous le soleil de Satan». «Vous ne m’aimez pas, et bien je ne vous aime pas non plus», lancera-t-il à la foule.


1994: Quentin Tarentino, qui vient de recevoir la Palme d'or pour «Pulp Fiction», répond aux sifflets d’un geste resté digne d’un personnage de ses films.


1998: Lors d’un repas de gala en faveur de la lutte contre le sida, Sharon Stone se déhanche langoureusement à côté d’Elton John. Le journaliste en perd ses mots.


2002: Nouveau scandale sur la croisette: plusieurs critiques quittent la projection «Irréversible», de Gaspard Noé, au bout de quelques minutes.


2005: Cannes politique, le festival remet la Palme d’or à Michael Moore pour son film «Fahrenheit 9/11».
C'est la première fois depuis 1956 et Le Monde du silence de Louis Malle et Jacques-Yves Cousteau que la récompense suprême était attribuée à un documentaire. Une distinction qui dopera la curiosité du public: le film enregistrera 2.378.455 entrées en France.