VIDEO. «Nico, 1988»: Portrait d'une icone rock enfin «débarrassée de sa beauté»

BIOPIC L'actrice Trine Dyrholm incarne l’ex-égérie d’Andy Warhol et du Velvet Underground à la fin de sa vie, vieillissante mais épanouie…

Caroline Vié

— 

Trine Dyrholm dans Nico, 1988 de
Trine Dyrholm dans Nico, 1988 de — Emanuela Scarpa/Kinovista/New Story
  • «Nico, 1988» retrace les dernières années du la chanteuse du Velvet Underground.
  • L'actrice danoise Tine Dyrhlom est saisissante de mimétisme avec son modèle.
  • Le film de Susanna Nicchiarelli brosse avant tout le portrait d'une femme libre.

Christa Päffgen (1938-1988), plus connue sous le nom de Nico, restera comme la voix féminine du premier album du Velvet Underground. Mais ce sont ses dernières années sur laquelle se penche Susanna Nicchiarelli dans Nico, 1988, film présenté en décembre au Festival des Arcs.

« J’ai voulu montrer le moment de sa vie où, débarrassée de sa beauté, elle est enfin devenue elle-même et où elle s’exprime librement », explique la cinéaste à 20 Minutes. Elle a confié le rôle de l’icone rock à Trine Dyrholm, comédienne danoise vue chez Susanne Bier et Thomas Vinterberg.

Nico après Warhol

« Peu de gens savent ce que Nico est devenue après avoir été l’égérie d’Andy Warhol, précise la comédienne. Pourtant, c’est ce qui constitue la majeure partie de sa vie, celle où elle a cessé d’exister au travers de l’image que les hommes avaient d’elle. » Ce n’est pas une femme facile que révèle ce biopic âpre. Loin d’angéliser la chanteuse, l’actrice et la cinéaste ne cachent rien de son caractère difficile, y compris à l’égard de son fils Ari qui a soutenu le projet.

Trine Dyrholm, magnifique à la ville et méconnaissable dans Nico 1988.

A post shared by Caroline Vié (@caroklouk2) on

Rendre justice à Nico

Ex-candidate à l’Eurovision en 1987, Trine Dyrholm connait la chanson. « J’ai fait partie d’un groupe dès l’âge de 14 ans, précise-t-elle. Je sais ce qu’est la vie des tournées et la fatigue qui en découle ». Elle a réenregistré elle-même les titres de Nico pour les concerts en live, travaillant sa voix pour rendre hommage au timbre particulier de la chanteuse. « Je craignais plus de trahir sa façon de chanter que son apparence physique, avoue-t-elle. J’ai cherché à retrouver son esprit, pas à l’imiter. » Sa performance exceptionnelle rend justice à son modèle.

Une femme moderne et courageuse

« J’estime que Nico n’est pas qu’un pur produit de son époque, précise Trine Dyrholm. Elle s’est battue avec un courage incroyable pour vivre sans concession ce que beaucoup de femmes tentent encore de faire aujourd’hui. » Balayant d’un geste de la main ses années Warhol, Nico apparaît comme une forte nature capable de faire table rase d’un passé dont d’autres se vanteraient. « Je pense que, malgré la drogue, ses dernières années ont été les plus heureuses de sa vie », insiste Susanna Nicchiarelli, dont le film fait partager le point de vue.