Cannes: «C'est magique», le combat de Cédric Herrou présenté en séance spéciale au festival

CANNES 2018 « Libre », du réalisateur Michel Toesca, retrace la rencontre des habitants de la vallée et des réfugiés qui tentent de passer la frontière franco-italienne…

C.D. et M. F.

— 

In this Wednesday, Jan. 4, 2017 file picture, Cedric Herrou, a French activist farmer who faces up to five years in prison as he goes on trial accused of helping African migrants cross the border from Italy, waits outside the Nice courthouse, southern France. Cedric Herrou remains defiant: Ahead of a court ruling that could see him jailed for sheltering migrants, the French activist has more arrivals from Africa staying on his farm.
In this Wednesday, Jan. 4, 2017 file picture, Cedric Herrou, a French activist farmer who faces up to five years in prison as he goes on trial accused of helping African migrants cross the border from Italy, waits outside the Nice courthouse, southern France. Cedric Herrou remains defiant: Ahead of a court ruling that could see him jailed for sheltering migrants, the French activist has more arrivals from Africa staying on his farm. — CLAUDE PARIS/AP/SIPA

Le film Libre (le titre a changé) de Michel Toesca, qui retrace la rencontre des habitants et des réfugiés qui arrivent dans la vallée française de la Roya en tentant de passer la frontière franco-italienne, sera présenté à Cannes en séance spéciale. « On ne peut pas rêver mieux pour lancer ce film et la cause qu’il défend », a réagi le réalisateur sur le page Facebook du film.

« Truc de fou, réagit Cédric Herrou auprès de 20 Minutes. C’est un film qui s’appelle Libre. Je suis le personnage principal de ce film qui parle de tout ce que l’on a fait ces deux dernières années. On est au festival officiel. On va remonter les marches. C’est rigolo. C’est magique. »

« Essayer de comprendre »

« J’ai pris ma caméra pour essayer de comprendre ce qui se passe », explique le réalisateur, qui habite à Saorge, dans la vallée de la Roya. « J’ai le sentiment qu’une page de l’immigration est en train de s’écrire depuis deux ans à Vintimille et dans la vallée de la Roya, poursuit-il dans une vidéo de la production. J’ai essayé de comprendre pourquoi ces gens marchent sur les routes, pourquoi l’Europe ferme ses frontières et pourquoi des gens se décident à les aider parce qu’ils les voient simplement passer sur la route. Ce film, c’est cette histoire. »

Une édition 2018 très politique

L’édition 2018 du Festival de Cannes aura une forte connotation politique, avec notamment les invitations adressées au cinéaste dissident iranien Jafar Panahi et au Russe assigné à résidence Kirill Serebrennikov, ou des films évoquant les combattants antijihadistes, Mandela, la campagne de Macron ou le pape François.

La Berlinale, marquée cette année par les réactions post- Weinstein, a démontré que les festivals de cinéma restent de formidables « caisses de résonance ».