VIDEO. Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri se lâchent sur la «Place publique»

COMEDIE Avec un humour féroce, «Place publique» propose une radioscopie de la France d'aujourd'hui...

Caroline Vié

— 

Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui dans Place Publique
Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui dans Place Publique — La Pacte
  • «Place Publique» se déroule pendant une fête mouvementée.
  • Le duo Jaoui-Bacri y livre une galerie de portraits féroce.
  • Le fillm décrit une France arrogante, toutes générations confondues.

Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri sont de retour avec une savoureuse comédie : Place publique. Tout se déroule au cours d’une fête très mouvementée où un animateur de télévision odieux attend de découvrir si son émission va être reconduite pour une année. Les « Jabac », comme les surnommait affectueusement Alain Resnais, ont écrit à quatre mains ce film choral dont Agnès Jaoui signe la mise en scène.

Léa Drucker,Kévin Azaïs et Helena Noguerra font partie d’une distribution quatre étoiles, les aidant à aborder des sujets aussi poignants que le vieillissement ou les amours défuntes. A ceux qui veulent comparer leur film avec Le sens de la fête du duo Nakache-Toledano, Agnès Jaoui répond en souriant. « Place publique se déroule pendant une soirée et il y a Jean-Pierre Bacri dedans : ce sont les seuls points communs entre les deux films », explique-t-elle à 20 Minutes. Et c’est vrai !

Un Jean-Pierre Bacri inattendu

Le comédien parvient une fois de plus à être bouleversant dans la peau d’un homme antipathique. « Nous nous sommes inspirés de plusieurs animateurs connus, mais ce personnage est fictif », précise-t-il. Tout de noir vêtu, détestable avec tout le monde, cet être qu’on aimerait gifler laisse apparaître ses failles en chansons. « C’est Agnès qui a insisté pour me faire chanter », reconnaît-il. Il chante et on tombe alors son son charme.

Les « Jabac » toujours aussi adorables @lepacteab

A post shared by Caroline Vié (@caroklouk2) on

Une Agnès Jaoui lumineuse

En ex-femme idéaliste de l’animateur, Agnès Jaoui dégage une puissante lumière tandis qu’elle défend ses convictions tout en espérant retrouver les frissons délicats d’un amour de jeunesse. « On parle de ce qu’on connaît et de ce qu’on vit, explique-t-elle. Cette femme parlera sans doute à beaucoup d’autres. » Elle émeut profondément par sa beauté et sa vitalité.

Et les autres ?

Qui dit « film choral », dit « nombreux comédiens » et Place publique est riche en performances haut de gamme. « Nous avons voulu réunir des gens que nous aimons bien et avons écrit pour eux », précise Agnès Jaoui. Les générations s’entremêlent pour cette galerie de portrait dans l’air du temps. « Le titre du film résume bien son esprit », explique Jean-Pierre Bacri.

Du public à l’intime

Du blogueur adulé à la jeune romancière en passant par la productrice débordée et le paysan que tous méprisent, tous les personnages trouvent leur place dans cette partie de campagne, radioscopie d’une France arrogante et privilégiée. On rit beaucoup et on réfléchit sur cette Place publique qui en appelle aussi à l’intime, dans ce qu’il a de plus douloureux.