VIDEO. «Kings»: La réalisatrice de «Mustang» crée l'émeute avec Halle Berry et Daniel Craig

DRAME Deniz Gamze Ergüven est parvenue à entraîner Halle Berry et Daniel Craig au cœur de la violence à Los Angeles…

Caroline Vié

— 

Halle Berry dans Kings de Deniz Gamze Ergüven
Halle Berry dans Kings de Deniz Gamze Ergüven — Ad Vitam

Deniz Gamze Ergüven avait récolté quatre César et une nomination à l’Oscar pour Mustang, son premier film découvert à la Quinzaine des réalisateurs. La réalisatrice d'origine turque portait cependant Kings en elle depuis bien plus longtemps. « Je l’avais tellement dans la tête depuis 2009 que je le considère comme mon premier film et que je n’ai donc ressenti aucune pression à concrétiser le projet », explique-t-elle à 20 Minutes.

>> «Mustang», un «Virgin Suicides» turc? La réalisatrice du film conteste la comparaison

C’est pendant les émeutes de 2005 en France que lui est venue l’idée de Kings. « On venait de me refuser la nationalité française et je me sentais comme une amoureuse éconduite », avoue l'ancienne étudiante de la Fémis. L'action du film, Deniz Gamze Ergüven a préféré la situer à Los Angeles en avril 1992, au moment où l’acquittement des policiers ayant tabassé l'Afro-Américain Rodney King embrase la ville. « Toutes les émeutes se ressemblent, mais celles de Los Angeles étaient exceptionnelles par leur brutalité et le fait qu’on pouvait les suivre à la télévision », estime la cinéaste

Halle Berry et Daniel Craig dans les émeutes

Une femme débordée se retrouve alors à devoir protéger des enfants des échauffourées environnantes avec l’aide d’un voisin bougon. « J’ai rencontré Halle Berry au moment des Oscar, se souvient la réalisatrice. J’ai été frappée par son côté maternel, idéal pour le personnage. » Daniel Craig s’est ensuite joint à la distribution pour plonger au milieu des émeutes. « Travailler avec de grands acteurs est impressionnant car ils apportent une précision étonnante à leurs compositions. »

Une forte pression économique

Pour autant, le tournage aux Etats-Unis n’a pas été de tout repos. « J’avais plus d’argent que pour Mustang mais je ressentais une pression économique plus importante, précise Deniz Gamze Ergüven. J’avais l’impression de tourner dans une urgence que j’ai communiquée au film. » On découvre avec elle l’ambiance quasi apocalyptique de cette période où la ville a été emportée dans un déferlement de violence avec pour résultat une cinquantaine de morts et plusieurs milliers de blessés.

Enfin Française

Il aura fallu un mariage avec un Français, un enfant, et le succès international de Mustang pour que la cinéaste obtienne enfin la nationalité française à 37 ans. Deniz Gamze Ergüven a depuis dirigé Sean Penn dans deux épisodes de la série de science-fiction The First. Sereine, elle se prépare un nouveau film au contenu encore secret qu’elle envisage de tourner en France.