VIDEO. Après «Harry Potter» et «Star Wars», Domhnall Gleeson pose un piège à «Pierre Lapin»

ANIMATION L’acteur irlandais Domhnall Gleeson explique comment il s'est retrouvé à courir après un lapin de synthèse, adapté du héros de Beatrix Potter…

Caroline Vié

— 

Domhnall Gleeson dans Peter Rabbit de Will Gluck
Domhnall Gleeson dans Peter Rabbit de Will Gluck — Sony Pictures
  • Domhnall Gleeson incarne un méchant jardinier dans « Pierre Lapin »
  • Son personnage burlesque est le seul humain de ce film d’animation.
  • L’acteur s’était fait déjà remarquer dans les sagas « Harry Potter » et « Star Wars ».

Si le nom de Domhnall Gleeson ne vous est pas familier, vous l’avez pourtant probablement déja remarqué. Il a joué le rôle de Bill Weasley dans  Harry Potter et c’est le cruel général Hux dans la saga Star Wars. C’est cette fois dans Pierre Lapin de Will Gluck, inspiré des héros de Béatrix Potter, qu’il campe un méchant jardinier prêt à s’amadouer pour les beaux yeux de Rose Byrne.

>> A lire aussi : «Pierre Lapin»: Domhnall Gleeson et le réalisateur reviennent sur la polémique des allergies alimentaires

« Ce film m’a fait perdre toute forme d’inhibition, ce qui est indispensable quand on doit se battre contre un faux lapin, confie le comédien à 20 Minutes. Ce rôle burlesque a eu quelque chose de libérateur pour moi. » L’Irlandais de 34 ans ne se ménage pas pour mettre à mal son ennemi aux longues oreilles qui prend un malin plaisir à voler ses légumes et à le faire tourner en bourrique.

Ridicule mais heureux

Domhnall (prononcer « Dome-aul ») Gleeson assume totalement le côté ridicule de son personnage psychorigide. « Entendre des gamins de cinq ans rire à gorge déployée quand je me fais malmener par Pierre Lapin est un pur bonheur qui me fait oublier à quel point je peux être grotesque dans le film » avoue-t-il. Son père, Brendan Gleeson, lui avait donné l’exemple en jouant un détenu pâtissier dans Paddington 2. « C’était intéressant de comparer nos expériences dans le cinéma d’animation, dit-il. Il m’a donné de nombreux conseils sur la façon de donner la réplique à un adversaire qui n’existe pas. »

« Harry Potter » et « Star Wars » en toute modestie

L’acteur n’en était pourtant pas à son coup d’essai dans le domaine des effets spéciaux visuels. « Ce film était différent d’Harry Potter et de Star Wars parce qu’il s’agit d’une comédie où je n’avais souvent qu’une peluche et mon imagination pour partenaires. » Faire partie de deux sagas populaires n’a pas donné la grosse tête à Domhnall Gleeson. « Incarner Bill Weasley m’a mis la pression, reconnaît-il, car j’avais peur de décevoir les fans de J.K. Rowling dont je suis. » Hux était une création totale. « Je n’ai eu qu’à me laisser porter par le génie créatif de J.J. Abrams », dit-il.

Après le lapin, l’ourson

Il s’est déjà lancé de nouveau défi comme de devenir A.A. Milne (1882-1956), le créateur de Winnie l’ourson, dans Goodbye Christopher Robin de Simon Curtis. « Le cinéma pour enfants me colle à la peau parce que j’ai sans doute gardé un aspect très enfantin dans ma façon de considérer mon métier », reconnaît-il. On n’a pas fini de partager les jeux de Domhnall Gleeson.