VIDEO. «Ready Player One»: L'auteur du roman voit Spielberg comme «le geek ultime»

ADAPTATION Le romancier Ernest Cline a collaboré étroitement avec Steven Spielberg au scénario du film inspiré de son livre. Il explique à « 20 Minutes » la nature de cette collaboration.

Caroline Vié

— 

Ready Player One de Steven Spielberg
Ready Player One de Steven Spielberg — Warner Bros France
  • L’auteur du roman « Ready Player One » a travaillé avec Spielberg sur le script.
  • Ernest Cline approuve toutes les libertés que ce dernier a prises avec son livre.
  • Il est déjà en train d’écrire une suite à son roman.

Ernest Cline, auteur de Ready Player One (éd. Michel Lafon) avoue avoir encore du mal à se faire à l’idée que Steven Spielberg a porté son roman à l’écran. « Je l’idolâtre depuis toujours, avoue le romancier à 20 Minutes. Il est l’un des piliers de ma culture et l’une des personnes qui m’a donné envie d’écrire. »

>> A lire aussi : Notre interview avec Steven Spielberg

Le livre et le film plongent le spectateur dans un jeu virtuel où les héros rencontrent des icônes de la culture populaire en essayant de résoudre des énigmes conçues par le créateur de cet univers ludique. Pour autant, le réalisateur a pris de nombreuses libertés avec le livre d’Ernest Cline, qui en a pris son parti. « Dans un roman, on peut jouer à Space Invaders sur une vingtaine de pages, souligne-t-il. Mais au cinéma, il faut trouver quelque chose de plus excitant visuellement. »

Ernest Cline, l’auteur de #readyplayerone à Londres pendant la promo.

A post shared by Caroline Vié (@caroklouk2) on

Un condensé de deux heures et demie

Ernest Cline se sent très chanceux d’avoir pu participer à l’écriture du script. « Ce qu’en a fait Steven est une version de deux heures et demie alors que l’audio-book dure quinze heures, s’amuse-t-il. Le film est un condensé mais ceux qui veulent lire la version longue peuvent y avoir facilement accès. » Une séquence virtuose de poursuite en voiture a notamment remplacé un défi aux jeux vidéo tandis que le personnage féminin a été développé. « J’approuve les choix de Steven à 100 % », martèle l’écrivain. Et on le comprend : Ready Player One est totalement fidèle à l’esprit de son livre !

Le petit clin d’œil de Steven Spielberg

« Stephen King n’aime pas l’adaptation de Shining de Stanley Kubrick !, s’exclame Ernest Cline. C’est pour cela que nous nous sommes tant amusés à citer ce film : c’était aussi un clin d’œil de Steven Spielberg à mon égard ! » Les complices avaient d’abord pensé à utiliser Blade Runner comme référence mais ils n’en ont pas eu les droits. « C’était un bonheur de parler de culture geek avec Steven car il est lui-même le geek ultime, toujours enthousiaste pour défendre ce qu’il aime », avoue le romancier. Et de se prendre à rêver d’une nouvelle collaboration avec le maître pour une suite à Ready Player One qu’il est en train d’écrire. « Il m’a inspiré », reconnait-il. Et vice-versa.

>> A lire aussi : VIDEO. Stephen King aime «Ça», déteste «Shining» et préfère «Stand By Me»