Netflix, selfies, avant-premières: le Festival de Cannes bouleverse les règles du jeu

POLEMIQUE Les films Netflix privés de compétition, les selfies interdits sur le tapis rouge et la critique qui passe après la montée des marches : Thierry Frémaux dévoile tous les changements...

Stéphane Leblanc

— 

Thierry Frémaux en octobre 2017 au Festival des Lumières à Lyon
Thierry Frémaux en octobre 2017 au Festival des Lumières à Lyon — BONY/SIPA
  • Les films doivent s’engager à sortir en salles pour prétendre être sélectionnés de compétition à Cannes.
  • La présentation ce chaque film commencera par sa montée des marches : la séance de gala précédera donc les séances réservées à la presse et aux festivaliers.
  • Les selfies seront désormais bannis du tapis rouge.

On se souvient de la polémique suscitée l’an dernier par la sélection en compétition à Cannes de films produits par Netflix pour sa plateforme de streaming, sans intention de les sortir en salle. Impensable pour les organisateurs du plus important festival de cinéma au monde, qui a depuis, revu son réglement pour que cela devienne impossible.

>> A lire aussi : Au Festival de Cannes, c'est quoi le bordel avec les films Netflix?

Thierry Frémaux l’a confirmé ce vendredi dans un long entretien au magazine professionnel Le Film français. « L’an dernier, lorsque nous avons sélectionné Okja et The Meyerowitz Stories, je pensais convaincre Netflix de les sortir en salle. J’étais bien présomptueux : ils ont refusé. De fait, nous avons réglementé. Désormais, tout film présent en compétition devra sortir dans les salles françaises. Les gens de Netflix ont adoré le tapis rouge et aimeraient nous présenter d’autres films. Mais ils ont compris que leur intransigeance sur leur propre modèle s’oppose désormais à la nôtre. »

Netflix en séance spéciale

Résultat : les films produits exclusivement par et pour ces plateformes ne pourront plus concourir pour la Palme d’or. Ils pourront, en revanche, être projetés lors des séances spéciales. « La règle établie par le conseil d’administration l’autorise », souligne Thierry Frémaux qui ne tarit pas d’éloge sur des productions qu’il juge, pour certaines, « extrêmement brillantes sur le plan artistique ». Bref, les films Netflix, Amazon, voire YouTube ou Apple ne sont pas écartés de la Croisette, tant s’en faut, Thierry Frémaux annonçant même : « Pour Netflix à Cannes, fin de l’épisode 1, la saison 2 va commencer ».

La séance de gala redevient la vraie première mondiale

A trois semaines de la conférence de presse d’annonce de la sélection, le 12 avril, le délégué général du Festival de Cannes révèle par ailleurs un autre changement concernant l’organisation de la manifestation.

Désormais, la séance qui suit la montée des marches avec l’équipe du film sera la vraie première mondiale. Jusqu’ici, cette projection arrivait en soirée, après la première du matin réservée à la presse, puis à celles des professionnels en journée. Cela permettra de « redonner toute leur attractivité et tout leur éclat aux soirées de gala », estime Thierry Frémaux dans Le Film français.

« A 19h, la presse verra le film en même temps [mais dans une autre salle] ; le suspense sera total », promet le délégué général. Sauf pour le deuxième film de la journée, dont la séance de gala avec montée des marches est programmée à 22h : les critiques ne pourront voir ce film que le lendemain matin et les articles qui paraîtront dans la foulée, à J + 1 après l’événement, risquent fort d’avoir un goût de réchauffé…

Le Syndicat français de la critique de cinéma et le Club Média Ciné n'ont d'ailleurs pas manqué de souligner les risques que cela comportait quant à la bonne couverture médiatique de l'événement.

Mais inverser l’ordre des projections en privilégiant la forme (le glamour) sur le fond (la critique) est aussi une manière de calmer les haters et d’éviter ce qu’il se produisait parfois : que des équipes de films hués le matin soient réticentes à revenir monter les marches le soir.

Les selfies interdits sur les marches

Enfin, les photographes en herbe sont prévenus : les selfies sur les marches ne seront plus tolérés. « Nous avons décidé, avec Pierre Lescure, de carrément les prohiber. La trivialité et le ralentissement provoqués par le désordre intempestif créé par la pratique des selfies nuisent à la montée des marches. Et donc au Festival tout entier. Les selfies seront donc interdits pour les spectateurs sur le tapis rouge. Nous le disons depuis longtemps, nous le ferons. »

Et le délégué général du festival de préciser sa pensée : « Cette pratique va à l’encontre de ce qui fait la gloire de Cannes : une certaine élégance. Une réserve, une ferveur pour les films, l’excitation d’une séance à venir. Un peu de secret, il faut préserver ça. »