Nathan Ambrosioni, sur le tournage
Nathan Ambrosioni, sur le tournage — F. Ambrosioni

PRECOCE

Nice: Réalisateur à 18 ans, Nathan Ambrosioni fait tourner deux nommés aux Césars

L'Azuréen vient de mettre en boite Les Drapeaux de papier, une histoire qu'il a lui-même écrite, avec Guillaume Gouix et Noémie Merland...

  • Nathan Ambrosioni vient d’entrer en montage pour son film « Les Drapeaux de papier ».
  • Le jeune réalisateur de 18 ans va réunir à l’écran deux acteurs nommés aux Césars.

Il poursuit son incroyable parcours. Nathan Ambrosioni, que 20 Minutes rencontrait déjà au Festival de Cannes il y a trois ans (il en avait quinze), vient de mettre en boîte son premier « vrai » long-métrage.

>> A lire aussi : Ce jeune réalisateur fait frissonner la Croisette

À l’âge de la majorité tout juste. Et avec deux nommés aux Césars comme premiers rôles s’il vous plaît : Guillaume Gouix et Noémie Merland. Alysson Paradis, Sébastien Houbani et Jérôme Kircher complètent le casting.

« Nous avons tourné pendant cinq semaines à Antibes, Nice, Grasse, Draguignan ou encore Peymeinade [son village, près de la ville des parfums]. C’est incroyable. C’est une aventure vraiment incroyable », répète le cinéaste qui vient d'entrer dans le montage du film Les Drapeaux de papier, qu’il a aussi écrit.

Le thème de la liberté

Si jeune et tellement mature, Nathan Ambrosioni y met en scène Vincent (Guillaume Gouix), un trentenaire qui doit redécouvrir le monde après douze ans de prison. Et aussi réapprivoiser sa sœur Charlie (Noémie Merland).

Le jeune réalisateur a emmené Guillaume Gouix et son équipe sur une plage de Vallauris
Le jeune réalisateur a emmené Guillaume Gouix et son équipe sur une plage de Vallauris - F. Ambrosioni

« Tout est parti d’un article que j’ai lu, confie le cinéaste. Il donnait la parole à un détenu qui expliquait sa vision de la liberté. C’est ça que j’ai voulu explorer. »

Un film à 1 million d’euros

Son histoire sous le coude, l’Azuréen est allé démarcher des boîtes de production parisiennes. Et l’une d’elles, Sensito films, a accepté le pari. « J’ai reçu un coup de téléphone de la productrice, on s’est rencontré, et c’était lancé », se rappelle Nathan Ambrosioni.

Aujourd’hui garant d’un film à quasiment 1 million d’euros, le réalisateur se hâte d’arranger ses 55 heures de rushs pour amener ses Drapeaux de papier dans les festivals, avant une sortie fin 2018 ou début 2019.

« Celui de Cannes, ce serait évidemment extraordinaire », confie-t-il. Et finalement logique pour celui que certains comparent déjà à Xavier Dolan, tout jeune talent avant lui.