VIDEO. «Tesnota, une vie à l’étroit»: Des images d'exécutions réelles au cœur de la fiction

DRAME Cette chronique récompensée en festival contient une séquence où les jeunes protagonistes regardent des images d'exécutions bien réelles...

Caroline Vié

— 

Tesnota - Une vie à l'étroit de Katemir Balagov
Tesnota - Une vie à l'étroit de Katemir Balagov — ARP sélection
  • « Tesnota - Une vie à l’étroit » décrit l’existence d’une jeune Juive et de sa famille dans la Russie de la fin des années 1990.
  • La violence surgit de manière inattendue, au cours d'une soirée où des vidéos montrant de vraies scènes d’exécution sont projetées.
  • Bien que la qualité en soit mauvaise, cette longue séquence en vidéo a de quoi traumatiser le spectateur.

Tesnota - Une vie à l’étroitfait partager la vie d’une jeune Juive dans le Caucase de la fin des années 1990. Cette chronique au féminin plonge dans le dilemme que vit la demoiselle que ses parents veulent marier pour pouvoir payer la rançon de son frère et de sa fiancée enlevés par des malfrats.

Кадр из фильма «Теснота»

A post shared by Фильм «Теснота» (@tesnotafilm) on

Présenté à Cannes dans la section Un certain regard et récompensé au Festival Premiers Plans d’Angers, ce premier film poignant a tout d’une chronique naturaliste dans la lignée de Robert Bresson ou des frères Dardenne. Cela rend d’autant plus choquante une scène atroce qui prend le spectateur au débotté en le plongeant dans la réalité.

L’horreur au cœur de la fête

Les vidéos d’exécutions de Russes pendant la guerre en Tchétchénie sur lesquelles tombe l’héroïne du film et ses copains sur une cassette traumatisent durablement le public. « J’avais 12 ou 13 ans quand je suis tombé sur ces images, précise le cinéaste dans le dossier de presse. C’était la première fois que je voyais mourir quelqu’un lentement. » L’incursion de cette violence insoutenable lors d’une soirée où des jeunes regardent des clips musicaux glace le sang.

Dans les moindres détails

Filmées en 1999 dans un village du Daghestan, ces mises à mort, dont aucun détail ne nous est épargné malgré la mauvaise qualité de la vidéo, nourrissent durablement les cauchemars. « Les réactions de mes personnages à la vue cette cassette sont à l’image de celles que mes copains et moi, avions : très différentes les unes des autres. » Du dégoût à la fascination, le spectre des ressentis est large. Celui du spectateur est une puissante nausée au milieu d’un film superbe par ailleurs.