VIDEO. Oscars 2018: Ce moment fort où les femmes de Hollywood se sont levées

CEREMONIE Moins présent sur le tapis rouge, le mouvement #MeToo a continué à donner de la voix...

P.B. avec AFP

— 

Frances McDormand a été sacrée meilleure actrice aux 90e Oscars, le 4 mars 2018.
Frances McDormand a été sacrée meilleure actrice aux 90e Oscars, le 4 mars 2018. — Chris Pizzello/AP/SIPA

Le soufflé ne retombe pas. Si le collectif Time’s Up n’avait pas appelé à porter du noir sur le tapis rouge à l’occasion des 90es Oscars, dimanche, les femmes ont une nouvelle fois dominé la conversation.

>> A lire aussi : VIDEO. Triomphe pour Guillermo del Toro et «La Forme de l'eau»

Ça restera comme le moment fort de la soirée. En plein discours de remerciement après avoir remporté l’Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans 3 Billboards, Frances McDormand a fait se lever toutes les femmes nommées. Meryl Streep, Margot Robbie ou encore Saoirse Ronan pour les actrices, la réalisatrice de Lady Bird Greta Gerwig, la directrice de la photo de Mudbound Rachel Morrison et une vingtaine d’autres femmes ont longuement été applaudies par la salle.

Frances McDormand a également appelé les hommes de Hollywood à s’intéresser davantage aux projets portés par des femmes, tout en ironisant : « Ne venez pas nous en parler ce soir à l’after party mais plutôt dans les jours suivants dans notre bureau ou le vôtre ! »

Trois accusatrices d’Harvey Weinstein unies

Dès les premières minutes, le présentateur de la soirée, Jimmy Kimmel a consacré un long passage de son monologue au scandale Harvey Weinstein et aux mouvements #MeToo et Time’s Up qui en sont nés. L’animateur a effectué une transition vers l’affaire Weinstein en plaisantant sur la statuette dorée baptisée « oscar ». « Oscar est l’homme le plus respecté et aimé à Hollywood. Et il y a une bonne raison : regardez-le. Il garde ses mains en vue, ne dit jamais un mot grossier et, le plus important, pas de pénis du tout. » « Nous ne pouvons plus laisser les mauvais comportements rester impunis, a-t-il professé. Le monde nous observe. Nous devons donner l’exemple. »

>> A lire aussi : Isabelle Huppert évoque sa «sympathie» pour le mouvement #MeToo

Une vidéo a également été présentée par Ashley Judd, Salma Hayek et Annabella Sciorra, trois actrices qui ont été harcelées sexuellement et menacées par le producteur Harvey Weinstein, la dernière affirmant même avoir été violée par le magnat déchu.

La séquence s’est ouverte sur une autre actrice harcelée par Harvey Weinstein, Mira Sorvino, qui a expliqué que, depuis l’automne, avec les mouvements #MeToo et Time’s Up, « tout le monde a maintenant une voix pour exprimer quelque chose qui se déroule depuis toujours, pas seulement à Hollywood, mais dans toute la société ».