Le réalisateur Jean-Pierre Jeunet.
Le réalisateur Jean-Pierre Jeunet. — Nicolas Auproux

CINEMA

VIDEO. «La Forme de l'eau»: Jean-Pierre Jeunet accuse Guillermo Del Toro d’avoir «copié-collé» son Delicatessen»

Et il lui a envoyé un mail pour le lui dire directement...

Les accusations de plagiat collent décidément au dernier film de Guillermo Del Toro. Après avoir été accusé de s’être un peu trop inspiré d’une pièce de théâtre des années 1960, le réalisateur de La Forme de l’eau  The Shape of Water »), en tête des nominations aux Oscars 2018, subit à présent les foudres du réalisateur français Jean-Pierre Jeunet.

>> «The Shape of Water» en tête du palmarès des Oscars, Spielberg absent de la sélection

Le cinéaste derrière La Cité des enfants perdus, Alien, la résurrection ou Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain déclare d’ailleurs à Ouest-France avoir écrit un mail au réalisateur mexicain pour lui signifier son mécontentement : « Je lui ai dit : "Tu as beaucoup d’imagination, beaucoup de talent. Pourquoi aller piquer les idées des autres ?" » explique-t-il au quotidien régional. « Il m’a répondu : "On doit tout à Terry Gilliam". Selon lui, il ne vole rien aux autres, c’est Terry Gilliam qui nous a tous influencés. Mais bien sûr. »

« Je n’en fais pas non plus un caca nerveux »

Dans le collimateur de Jean-Pierre Jeunet, une trop grande ressemblance, à son goût, avec Delicatessen, le long métrage qu’il a coréalisé en 1991 avec Marc Caro. « On m’avait prévenu avant d’aller le voir, tout le monde m’avait parlé de "La Fabuleuse histoire d’Amélie Poulain". Effectivement, il y a un petit côté au début avec le peintre, l’appartement, la jeune fille un peu candide… Mais c’est surtout Delicatessen. »

Le cinéaste cite en exemple une scène du film de Guillermo Del Toro : « Quand il pique la scène du couple assis au bord du lit qui danse avec les pieds, avec la comédie musicale en arrière-plan à la télé, c’est tellement copié-collé de Delicatessen qu’il y a un moment où je me dis qu’il manque d’amour-propre », s’agace Jean-Pierre Jeunet.

« Je ne vais quand même pas l'attaquer pour plagiat, ce n’est pas mon esprit », assure Jean-Pierre Jeunet à Ouest-France. « Je n’en fais pas non plus un caca nerveux parce qu’il vaut mieux être piqué qu’ignoré. » « Mais Guillermo a assez de talent pour ne pas faire ça », ajoute-t-il. Il conclut, malicieux : « J’ai compris ce qu’il faut que je fasse pour avoir du succès : je dois voler Guillermo Del Toro en train de me voler ! »