Diversité aux Oscars: L'Académie assure qu'elle est en train de se «réinventer»

OSCARS Selon son président, Hollywood est en train « d’enfoncer dans l’oubli à coups de marteau-piqueur le lit fossilisé de beaucoup de (ses) pires abus »…

M.C. avec AFP

— 

Une statue devant le lieu de remise des Oscars en 2015.
Une statue devant le lieu de remise des Oscars en 2015. — Matt Sayles/AP/SIPA

Le cahier des charges - « équilibrer les genres, les races, les ethnicités et les religions » - est particulièrement fourni. Régulièrement critiquée ces dernières années pour le manque de diversité dans sa sélection d’artistes, l’Académie des Oscars est en train de se « réinventer », a promis lundi son président, John Bailey.

>> A lire aussi : Ce qu'il faut savoir des nominations aux Oscars 2018

Hollywood est en train « d’enfoncer dans l’oubli à coups de marteau-piqueur le lit fossilisé de beaucoup de (ses) pires abus », a lancé le réalisateur. « Rien ne l’illustre plus clairement que la richesse des films nommés cette année » pour ces prix les plus prestigieux du cinéma américain, a-t-il ajouté lors du déjeuner annuel des finalistes aux Oscars, rassemblés à l’hôtel Beverly Hilton de Beverly Hills en Californie.

L’Académie des arts et sciences du cinéma, qui remet les très convoitées statuettes dorées, « est à un carrefour de changement (…) Nous (la) voyons se réinventer devant nos yeux avec plus d’attention et de (sens) des responsabilités dans le but d’équilibrer les genres, les races, les ethnicités et les religions », a-t-il assuré.

>> A lire aussi : James Franco soulagé de ne pas être nommé aux Oscars

Du progrès l’an dernier

L’Académie, également critiquée pour ses rangs largement constitués d’hommes blancs âgés, avait lancé des réformes pour tenter d’élargir ses rangs et de diversifier ses membres.

>> A lire aussi : Xavier Dolan se prépare à remettre en avant des personnages gays

L’an dernier avait marqué un tournant avec le sacre de Moonlight, réalisé par une équipe presque entièrement noire, comme meilleur film de l’année, et la sélection de cette année est nettement plus diverse avec des Afro-américains comme Denzel Washington, Daniel Kaluuya, Mary J. Blige, Jordan Peele, Octavia Spencer et même l’ex-champion de basket-ball Kobe Bryant, dans la catégorie des courts-métrages d’animation (Dear Basketball).

La nomination de l’ex-star des Lakers a toutefois fait grincer des dents certains à l’heure où Hollywood lutte contre sa culture sexiste, en raison d’une ancienne accusation de viol qui s’est soldée par un accord amiable.

Manifestation pour dénoncer le manque de représentation des Hispaniques

« Je n’ai été qu’à un autre (déjeuner des Oscars en 2015) et il y a beaucoup de progrès de voir tous les nouveaux visages, beaucoup de femmes et de gens de couleur, c’est beau », s’est félicité le rappeur Common.

>> A lire aussi : Les dispositions pour éviter la gaffe monumentale de la 89e édition

Quelques femmes ont fait reculer le plafond de verre cette année aux Oscars, notamment Greta Gerwig, seulement la cinquième femme jamais nommée pour le prix de la meilleure mise en scène, ou Rachel Morrison, première femme jamais nommée pour la statuette de meilleure direction de la photographie.

De Steven Spielberg à Meryl Streep ou la nouvelle coqueluche d’Hollywood, Timothée Chalamet, tous les artistes nommés se sont rassemblés pour une photo de la « classe 2018 » dans la salle de bal du Beverly Hilton à l’issue du déjeuner. A l’extérieur de l’hôtel, quelques dizaines de personnes ont toutefois manifesté pour dénoncer le manque de représentation des Hispaniques à Hollywood.