James Franco, Casey Affleck, Kobe Bryant... Alerte gros malaise en vue des Oscars

HOLLYWOOD Les Oscars vont avoir du mal à éviter les polémiques…

L.Be.

— 

James Franco, Kobe Bryant et Casey Affleck (montage).
James Franco, Kobe Bryant et Casey Affleck (montage). — SIPA
  • Visé par des accusations de harcèlement sexuel, Casey Affleck a renoncé à remettre l’Oscar de la meilleure actrice.
  • Accusé d’avoir eu un comportement inapproprié par cinq femmes, James Franco a été retiré de la une de Vanity Fair.
  • Accusé de viol en 2003, La nomination aux Oscars de Kobe Bryant a déjà créé une polémique.

Accusé de harcèlement sexuel, James Franco a été boudé par les Oscars et effacé d’une photo de Vanity Fair. De son côté, Casey Affleck renonce à remettre l’oscar de la meilleure actrice pendant la remise des prix. L’onde de choc post-affaire Harvey Weinstein continue de se propager à Hollywood. Après les Golden Globes où les stars se sont vêtues de noir en soutien aux victimes d’agression sexuelle, la cérémonie des Oscars s’annonce politique et polémique. Trois hommes sont déjà sous le feu des projecteurs (et pas pour leur talent).

>> A lire aussi : «The shape of water» en tête du palmarès, Spielberg absent des Oscars 2018

Les nommés ont plutôt intérêt à avoir un passé immaculé car, cette année, le monde du cinéma hausse le ton. Première « victime » : Casey Affleck. Visé par des accusations de harcèlement sexuel pour des faits remontant à 2010, l’acteur a renoncé à remettre l’oscar de la meilleure actrice. Si l’affaire avait finalement été réglée à l’amiable, elle a eu un impact sur son image. Et même s’il a toujours nié en bloc, une pétition, lancée sur le site Change.org pour demander à l’Académie d’interdire à Casey Affleck de remettre ce prix, a recueilli près de 20.000 signatures.

Franco coupé d’une photo

Déjà l’année dernière, les dents (de Brie Larson) avaient grincé quand Casey Affleck est monté sur scène pour récupérer sa statuette pour Manchester by the Sea. La coutume veut que l’oscar du meilleur acteur remette la statuette à la meilleure actrice l’année suivante et vice-versa. Il rompt avec cette tradition. Il ne prendra même pas la peine de se déplacer à l’événement. « Nous apprécions la décision de maintenir l’attention sur le spectacle et les belles œuvres de cette année », a déclaré un porte-parole de l’Académie.

Snobé par les Oscars, James Franco regardera lui aussi la remise de prix depuis son canapé. Pis, il s’est fait gommer d’une composition photographique d’Annie Leibovitz. Comme si Hollywood voulait oublier - et faire oublier - ses casseroles. Chaque année au mois de février, Vanity Fair consacre sa Une aux acteurs et aux actrices qui ont marqué l’année précédente dans un numéro spécial Hollywood et James Franco était prévu sur la couverture. Une interview du héros de The Deuce devait également figurer dans les pages du magazine. Mais après avoir pris connaissance d’allégations de mauvaise conduite, Vanity Fair l’a simplement éjecté du journal.

Kobe Bryant accusé de viol en 2003

Comme le souligne The Hollywood Reporter, Annie Leibovitz photographie généralement les stars séparément ou par petits groupes. Elle compose ensuite son cliché grâce à l’imagerie numérique. James Franco n’a pas été vraiment effacé à gros coups de Photoshop, il n’a simplement pas été retenu sur la composition finale. Après avoir été récompensé aux Golden Globes pour sa performance dans son film The Disaster Artist, il a été accusé par cinq femmes de harcèlement sexuel. Si les Oscars l’ont joué serré avec Casey Affleck et James Franco, ils ne s’en sortiront pas sans polémique cette année.

>> A lire aussi : «The Handmaid's Tale», «Big Little Lies» et «The Marvelous Mrs. Maisel»... Le palmarès séries des Golden Globes 2018 célèbre le «Girl Power»

La légende du basket Kobe Bryant fait partie des nommés pour son court-métrage d’animation Dear Basketball. Dès l’annonce de cette sélection, les critiques ont rappelé les antécédents d'abus sexuel du joueur. En 2003, une employée d’hôtel de 19 ans a accusé Kobe Bryant de l’avoir violée dans un hôtel du Colorado. L’intéressé a été arrêté puis libéré. Il avait publiquement reconnu une relation adultère mais nié le viol. Un accord avait été trouvé entre les parties avant un procès civil. La cérémonie n’a plus qu’à espérer qu’il n’y ait pas d’autres révélations d’ici au 4 mars.