VIDEO. Steven Spielberg remet les «Pentagon Papers» sous le feu de l'actualité

DRAME « Pentagon Papers » revient sur les hauts faits d’un journal, le « Washington Post », qui déclara la guerre à l’administration Nixon…

Caroline Vié
— 
Steven Spielberg et ses acteurs sur le tournage de Pentagon Papers
Steven Spielberg et ses acteurs sur le tournage de Pentagon Papers — Universal Pictures France
  • Steven Spielberg dirige Meryl Streep et Tom Hanks, qui s'opposent sur l'opportunité de publier une information compromettante pour l'administration Nixon.
  • Cette histoire vraie célèbre l'importance de la liberté de la presse au moment de la guerre du Vietnam, et encore aujourd'hui.

En 1971, Katharine Graham ( Meryl Streep), directrice du quotidien Washington Post et le reporter  Ben Bradlee ( Tom Hanks) s’opposent violemment à l’administration de Richard Nixon. En cause, la publication interdite des  Pentagon papers qui donnent son titre au nouveau film de Steven Spielberg.


Ces documents concernant la guerre du Vietnam prouvent que plusieurs gouvernements successifs ont menti au peuple américain pour pouvoir prolonger un conflit qu’ils savaient perdu d’avance, quitte à sacrifier inutilement de nombreux soldats. « Je trouve très confortable que l’Histoire coécrive mon film avec moi, expliquait Steven Spielberg à la conférence de presse parisienne. Etre limité par les faits me convient très bien. » Il a mélangé les saveurs pour réussir ce beau film.

Un goût d’actualité

Le côté historique de cette histoire incroyable n’est pas le seul aspect qui a passionné Steven Spielberg. Le réalisateur du Pont des espions a vu un parallèle entre 1971 et 2017. « Deux présidents des Etats-Unis ont déclaré la guerre aux journalistes. Le premier est tombé, mais il va falloir se battre pour que la presse l’emporte encore aujourd’hui. » La lutte des héros du film, montrée de façon brillante par le cinéaste, est un hommage au courage des journalistes et de leur patronne.


Une pincée de féminisme

Les rapports entre Bradlee et Graham sont au centre de l’intrigue : lui veut publier la vérité coûte que coûte, alors qu’elle craint pour l’avenir de son journal. Tous deux risquent la ruine et la prison dans l’affaire. « Cette femme qui trouve sa place dans un océan d’hommes me fascinait », avoue le réalisateur. Meryl Streep est impériale en héritière prenant petit à petit la pleine mesure de ses responsabilités. « Elle doute de sa capacité à diriger et je peux comprendre son malaise », dit-elle de son personnage.


Une pointe de nostalgie

Ce journalisme d’un autre temps, Spielberg lui rend un hommage vibrant. « Si les reporters cherchent toujours des informations, le monde a changé et j’ai souhaité montrer l’art de fabriquer un journal tel qu’il était pratiqué dans les années 1970. » Machines à écrire, téléphones à pièces de monnaie et rotatives sont autant d’accessoires indispensables pour faire monter le suspense autour cette petite histoire qui changea la grande.