VIDEO. Comment Jonathan Cohen s'y prend pour faire «Ami-Ami» avec le public

COMEDIE Le comédien profite de la sortie de « Ami-Ami » pour expliquer ce qui fait le sel d'une comédie française réussie…

Caroline Vié

— 

Jonathan Cohen dans Ami-Ami de Victor Saint Macary
Jonathan Cohen dans Ami-Ami de Victor Saint Macary — Julien Panier- Nord Ouest Films
  • Dans « Ami-Ami », Jonathan Cohen incarne avec humour un pote un peu lourdaud.
  • L'interprète de Serge le Mytho dresse l'état des lieux de la comédie française et fait l'éloge du travail d’écriture et de l’intelligence.

Ami-Ami de Victor Saint Macary prouve qu’on peut faire rire avec intelligence et sans méchanceté. Dans cette comédie, nq William Lebghill cohabite en pote avec Margot Bancilhon au risque de torpiller une éventuelle histoire d’amour.

Jonathan Cohen, qui incarne talentueusement un copain lourdaud, a craqué pour cette histoire malicieuse. « On y parle de cet âge charnière de 25 ans, peu traité au cinéma, où l’on se sent adulte alors que votre mère lave encore votre linge ! », explique-t-il à 20 Minutes. L’acteur, interprète de Serge le Mytho et vu récemment en rabbin chanteur dans Coexister de Fabrice Eboué, a profité de la sortie de cette fantaisie bien troussée pour faire le point sur ce genre en France.

>> A lire aussi : VIDEO. Fabrice Eboué: «Dans «Coexister», toutes les religions en prennent pour leur matricule»

L’envie d’avoir envie

« Nous arrivons à un moment où le marketing ne suffit plus pour attirer les gens dans une salle de cinéma, précise-t-il. Ils ont tellement d’offres, notamment sur le petit écran, qu’il en faut davantage pour leur donner envie. » Et pousser pour cela la qualité de l’écriture est essentiel selon lui : « Le public devient de plus en plus exigeant, ce qui est une bonne chose car cela nous pousse tous à bosser davantage. Ami-Ami, c’est avant tout un bon scénario ! »

Généreux ? Absolument !

Certains grands succès récents comme Epouse-moi mon pote peuvent difficilement être érigés en exemple d’écriture rigoureuse. « Ce qui plaît dans ces comédies, c’est la générosité indéniable de la bande qui les a créés, analyse Jonathan Cohen. Cela fonctionne un peu à la manière de YouTube : les spectateurs ont l’impression d’être entre potes. » Pour le comédien, la générosité est le maître mot. « Le public veut avoir l’impression qu’on est avec lui ce qui explique le triomphe des films de copains où il se sent inclus dans la blague. »

>> A lire aussi : «Epouse-moi mon pote»: Le cinéma français rit (trop?) du mariage pour tous et des homos

La finesse paiera-t-elle ?

Cela ne signifie pas qu’il faut perdre tout espoir de voir des comédies finaudes et travaillées. « Un film comme Ami-Ami veut démontrer qu’il n’est pas incompatible d’être intelligent et complice avec le spectateur », insiste Jonathan Cohen. L’humour est dans l’air du temps et cette chronique tendre fait mouche, grâce aussi au charisme d’acteurs qu’on sent sur la même longueur d’onde. Reste à espérer que la subtilité aussi soit payante en termes de box-office.