Golden Globes 2018: «Lady Bird» et «3 Billboards» sacrés

CINEMA La cérémonie a surtout été marquée par la mobilisation des actrices, en solidarité avec les mouvements #MeeToo et #TimesUp...

Philippe Berry
— 
La réalisatrice du film «Lady Bird», Greta Gerwig, Golden Globe du meilleur film dans la catégorie comédie, le 7 janvier 2018.
La réalisatrice du film «Lady Bird», Greta Gerwig, Golden Globe du meilleur film dans la catégorie comédie, le 7 janvier 2018. — Paul Drinkwater/AP/SIPA

Dans vingt ans, personne ne se souviendra du palmarès des Golden Globes 2018. En revanche, on se rappellera que toutes les actrices sont venues vêtues de noir et, à la tribune, ont lancé : « Time’s up », (« L’heure a sonné »), un cri de ralliement du mouvement #MeeToo pour signer l’arrêt de mort du harcèlement après les révélations de l’affaire Weinstein.

En l’absence de grand favori, deux films se sont démarqués. Three Billboards Outside Ebbing, Missouri, traduit en VF pour les nuls en géographie par 3 Billboards, les panneaux de la vengeance (17 janvier en France) repart avec le Golden Globe du meilleur film dramatique, et Lady Bird (28 février) s’impose dans la catégorie comédie.

Del Toro meilleur réalisateur

Ces Trois panneaux, c’est un drame bourré d’humour noir de Martin McDonagh, qui s’était déjà illustré avec les dialogues crépitants de In Bruges. Frances McDormand, une mère qui décide de foutre la honte à la police sur des panneaux géants alors que l’enquête sur le meurtre de sa fille piétine, repart avec le trophée de la meilleure actrice dans un film dramatique. Et Sam Rockwell est récompensé dans la catégorie meilleur second rôle masculin.


Côté réalisateur, Guillermo Del Toro a tapé dans l’oeil de la Hollywood Foreign Press Association avec The Shape of Water (La Forme de L’eau, 21 février). Emu, il a dédié sa victoire à ses « monstres », qu’il porte à l’écran avec amour, du Labyrinthe de Pan jusqu’à Pacific Rim.

Pour le reste de la catégorie drama, Gary Oldman a été sacré meilleur acteur pour sa transformation en Winston Churchill. Et Allison Janney, mère tyrannique de la patineuse Tonya Harding dans I, Tonya, n’a pas volé son Golden Globe du meilleur second rôle féminin.

Lady Bird s’envole

Lady Bird, c’est un film sur le passage à l’âge adulte (« coming of age movie ») tel que le cinéma américain indépendant les affectionne. Il s’est imposé face au Disaster Artist de James Franco et à la satire horrifique de Jordan Peele, Get Out, nommée dans la catégorie comédie à la surprise générale. Lady Bird a donné des ailes à l’actrice irlandaise Saoirse Ronan (meilleure actrice dans une comédie). James Franco se console avec le trophée du meilleur acteur.


Un Golden Globe et demi pour la France

Il n’y avait pas vraiment de suspense. Coco a été désigné meilleur film d’animation, comme à peu près toutes les productions de Disney/Pixar. La France, qui n’avait pas grand monde en course, repart avec un trophée et demi. Alexandre Desplat remporte le Golden Globe de la meilleure bande originale pour The Shape of Water, sa seconde victoire en neuf nominations. Enfin, la coproduction franco-allemande In the Fade, du cinéaste allemand d’origine turque Fatih Akin, repart avec le prix du meilleur film en langue étrangère. On remet ça le 4 mars 2018, avec les Oscars.