Harcèlement sexuel: Une pétition demande le retrait de Matt Damon du film «Ocean's 8» après ses propos

PROPOS La sortie du film est prévue pour juin 2018... 

Manon Aublanc

— 

L'acteur américain Matt Damon
L'acteur américain Matt Damon — WENN

Une pétition, demandant le retrait de Matt Damon du film Ocean's 8 dans lequel il fait une brève apparition, a été lancée après des propos de Matt Damon sur le harcèlement sexuel. Les 16.500 signataires du texte reprochent à l’acteur de ne pas avoir condamné fermement le harcèlement sexuel qui touche le milieu du cinéma depuis les révélations de  l'affaire Harvey Weinstein. 

Dans une interview, l’interprète de Jason Bourne avait expliqué qu’il était prêt à travailler « au cas par cas » avec des hommes qui, depuis le début de l’affaire Weinstein, ont été accusés de comportement sexuel inapproprié.

>> A lire aussi : VIDEO. Affaire Harvey Weinstein: Matt Damon se défend d’avoir voulu l'aider

En novembre dernier, c’est le réalisateur Ridley Scott qui avait choisi d'effacer les scènes jouées par Kevin Spacey, accusé par plusieurs femmes d’agressions sexuelles, dans le film Tout l’argent du monde.

« La plupart des hommes avec lesquels j’ai travaillé, qui ne font pas ce genre de choses »

L’interview en question a été publiée par le site Business Insider. Matt Damon a expliqué que, malgré les différentes personnalités accusées, tous les acteurs n’étaient pas des harceleurs sexuels : « On est à un tournant, et c’est formidable, mais je crois qu’une chose dont on ne parle pas, c’est qu’il y a des tas de gars, en fait la plupart des hommes avec lesquels j’ai travaillé, qui ne font pas ce genre de choses (…) », a-t-il expliqué.

>> A lire aussi : VIDEO. Matt Damon serait impliqué dans l’affaire Harvey Weinstein

Même s’il n’est pas visé par des plaintes d’agression ou de harcèlement sexuel, Matt Damon a été vivement critiqué après des propos tenus sur la chaîne ABC. Il a expliqué qu’il y avait, selon lui, une différence entre « caresser les fesses et violer quelqu’un ou agresser sexuellement un enfant ». « Il faut indubitablement s’attaquer à ces deux comportements et les supprimer, mais il ne faut pas les confondre », avait-il ajouté.