Festival des Arcs: Le Prix «20 Minutes» d'audace récompense le film allemand «The Captain»

FESTIVAL Parmi les récompenses décernées ce vendredi soir au Festival de cinéma européen des Arcs, le Prix 20 Minutes d’audace revient au film allemand « The Captain »…

Stéphane Leblanc

— 

Le film The Captain de Robert Schwenke
Le film The Captain de Robert Schwenke — ALFAMA
  • Le Festival des Arcs met chaque année en avant le meilleur du cinéma européen.
  • La Flèche de Cristal, remise par un jury de personnalités emmené cette année par Céline Sciamma, a récompensé le film britannique « Lean On Pete ».
  • Le Prix 20 Minutes d’audace a été décerné par un jury composé d'une lectrice entourée de journalistes au film allemand « The Captain », de Robert Schwentke.

Le vendredi au ski rime généralement avec remises d’étoiles, de flocons, et pour les plus forts, de flèches et de chamois… Normal que le Festival du cinéma européen des Arcs remette aussi ses récompenses.

Parmi elles, le prix 20 Minutes d’audace, dont l’objectif est de récompenser le plus « audacieux » des dix films en compétition.

Et à ce petit jeu, notre jury de six journalistes de 20 Minutes accompagné d’une lectrice de 19 ans, dûment sélectionnée pour sa cinéphilie avancée, a décerné son prix à l'unanimité à…

Le film The Captain de Robert Schwenke
Le film The Captain de Robert Schwenke - ALFAMA

 

The Captain (L’Usurpateur/Der Hauptmann), film allemand de Robert Schwentke, qui sortira en salle le 21 mars, distribué par Alfama Films, la société de Paolo Branco.

C’est un film cruel et terrible sur l’histoire vraie, incroyable et glaçante, d’un soldat déserteur de l’armée allemande qui, en 1945 dans le chaos de la fin de la guerre, fuyant l’exécution sommaire à laquelle il est promis, trouve le moyen d’usurper l’identité d’un capitaine SS. Afin de ne pas être démasqué, il se fait plus zélé que le pire des officiers nazis et le plus terrible, c’est qu’on tremble malgré tout pour ce salaud d’anthologie.

Le film The Captain de Robert Schwenke
Le film The Captain de Robert Schwenke - ALFAMA

 

Pour l’audace du sujet et la qualité d’une mise en scène stylisée, efficace et cinglante, 20 Minutes est heureux d’offrir à The Captain une campagne publicitaire dans les pages du quotidien d’une valeur de 100.000 euros brut.

Hommage à l’Allemagne

Ce film allemand, également lauréat du prix du Jury jeune, décerné par dix lycéens, s’inscrit dans le renouveau d’une cinématographie particulièrement mise à l'honneur​ cette année aux Arcs. « L’Allemagne est le pays à qui l’on doit l’un des cinémas les plus précurseurs, les plus riches et les plus dynamiques », s’enthousiasme le président du festival et cinéaste, Claude Duty. Une dizaine de films étaient programmés dans le cadre d’un focus réunissant notamment Barbara de Christian Petzold ou Everyone Else de Maren Ade.

>> A lire aussi : Cinq préjugés sur le cinema allemand battus en brèche

La Flèche de Cristal à Lean On Pete

La principale récompense, la Flèche de Cristal, est revenue au très beau film britannique Lean On Pete d'Andrew Haigh qu'on peut résumer comme une plongée dans une Amérique tourmentée sur fond d'amitié entre un jeune homme et un cheval. Le jeune homme, Andrew Plummer, a remporté un prix d'interprétation mérité. Et le film a également été récompensé pour sa musique et pour sa photo.

On est plutôt d'accord avec le prix d'interprétation féminine attribué à Maria-Victoria Dragus, qui incarne une pianiste aveugle du XVIIIe siècle dans le film autrichien Mademoiselle Paradis. Mais plus circonspect quant au Grand prix du jury remis des mains de sa présidente Céline Sciamma à Nico 1988, biopic italien assez plats sur les derniers mois de la chanteuse iconique. On est ravi en revanche de l'enthousiasme du public qui a décerné son prix à La Mauvaise réputation, ou comment la vie d'une jeune Pakistanaise de 16 ans dérape dans un cauchemar sans fin du fait d'une simple liaison et du qu'en dira-t-on...

Un festival convivial 

En dépit de grosses chute de neige, l’ambiance du festival était au beau fixe. Les lieux les plus emblématiques de la station n’ont pas désempli, de L’Igloo, vaste caverne de neige et de glace accessible en ski, où l’on peut on regarder des courts-métrages tout en sirotant un verre de vin chaud, au Bar O chaud, lieu festif et chaleureux où ce qu’il restait de festivaliers vaillants se déhanchait gaiement. On a pu y croiser Clotilde Courau, Frédérique Bel, Maxime Musqua ou Alysson Paradis…

Toujours plus haut

Pendant que les plus hardis des festivaliers grimpaient jusqu’à L’Aiguille Rouge perchée à 3226 mètres face au Mont-Blanc. Son poste de secours a accueilli en 2014 la plus haute projection de cinéma d’Europe : celle du film Snow Therapy de Ruben Östlund. Depuis, le cinéaste suédois a remporté la palme d’or.