Daniel Auteuil: «Un homme rendu fou par la douleur, un flic abandonné»

CINEMA Daniel Auteuil joue un policier au bout du rouleau dans «MR 73» d'Olivier Marchal...

Recueilli par Caroline Vié

— 

Daniel Auteuil
Daniel Auteuil — Baltel/Sipa

Daniel Auteuil joue un policier au bout du rouleau dans «MR 73» d'Olivier Marchal, un ex-flic devenu réalisateur. Il répond aux questions de «20 Minutes».


Qui est le policier que vous interprétez dans «MR 73»?
Un homme rendu fou par la douleur, un flic abandonné comme Olivier Marchal en a croisé beaucoup dans sa carrière de policier. Afin de rendre ce personnage crédible, j'ai fait des recherches sur le comportement d'un alcoolique, notamment pour une scène de delirium tremens.

Est-ce pénible de faire vivre un être brisé?
Pas vraiment, car je suis capable de ne pas me laisser bouffer par un rôle. Il m'est plus difficile de com­poser un personnage de comédie où il s'agit d'oser et de doser.

«MR 73» fait-il l'apologie de la justice sommaire?
Le film pose des questions qui s'inscrivent dans l'actualité, mais je ne pense pas qu'il défende cette idée. Olivier Marchal joue avec les codes du po­lar : il n'encou­­­­rage pas les gens à dégommer des tueurs en série.

Avez-vous un goût particulier pour le polar?
C'est un genre qui offre des personnages forts, de véritables héros auxquels je prends grand plaisir à donner vie. Voyou dans Le Deuxième Souffle d'Alain Corneau ou flic dans MR 73, je me sens aussi à l'aise d'un côté ou de l'autre de la loi.

Comment expliquez-vous l'échec commercial du «Deuxième Souffle»?
Je n'explique pas ce manque de succès, mais je le dé­plore. C'est une question de rencontre entre une oeuvre et le public qui a envie de la voir ou pas. Heureusement, la télévision offre parfois une seconde chance à des films que le public a boudés.

Est-il vrai que vous êtes l'acteur le mieux payé de France?

Je ne compare pas avec les autres dans la cour de récréa­tion, donc je n'en sais rien ! Ce genre d'information m'agace. Comme je ne suis pas un politicien, je ne me sens pas un devoir de transparence. Je pense que ce sujet a surtout fait parler du journal qui l'a publié.

Les indiscrétions sont-elles le mauvais côté de la célébrité?
Bien sûr, mais je ne suis pas à plaindre car j'ai au moins le choix de mes projets. De toute façon, si je n'aimais plus jouer, j'arrêterais. Comme je suis l'acteur le mieux payé de France, je pourrais me le permettre (rires) !

Et si on en profitait pour regarder la bande-annonce?