VIDEO. Le film «La Mélodie» avec Kad Merad sonne-t-il juste?

FACT-CHECKING Une prof de violoncelle du projet Démos a regardé le film «La Mélodie» pour nous dire s'il était conforme à la réalité...

Claire Barrois

— 

Dans le film, Kad Merad campe un professeur de violon qui doit faire apprendre l'instrument à un groupe d'adolescents.
Dans le film, Kad Merad campe un professeur de violon qui doit faire apprendre l'instrument à un groupe d'adolescents. — Arnaud Borrel/Mizar Films

La Mélodie joue-t-elle une partition crédible ? 20 Minutes est allée voir le film, qui retrace le parcours d’une dizaine de collégiens dans un projet éducatif musical, avec la violoncelliste Haluka Chimoto, référente pédagogique de l’orchestre Démos Grand Paris Sud. Et, selon elle, le film ne véhicule pas trop de clichés.

  • Le concert à la Philharmonie

Emmener des enfants qui n’ont jamais touché à un instrument de musique donner un concert à la Philharmonie, le temple parisien de la musique classique, un mirage ? Pas du tout. Le projet Démos, en partie financé par la Philharmonie le fait pour de vrai. « Les enfants de 7 ans, qui participent pour la première année au projet, ne reçoivent leur instrument qu’en février, et en juin ils jouent dans cette salle qui fait rêver même les professionnels », raconte Haluka Chimoto.

Avec, à la clé, un souvenir qu’ils n’oublieront pas de sitôt. La violoncelliste souligne tout de même une différence notable : « Dans le projet Démos, le concert n’est pas du tout une finalité comme dans le film. C’est un rite de passage, un challenge, un rendez-vous, une fête… Un moment important, mais qui se produit tous les ans des trois années que dure le projet. »

  • L’investissement des parents

« Dans le film, il y a les bons éléments, mais ils ne sont pas dans le bon ordre », remarque Haluka Chimoto. Entendez, les parents désintéressés par l’activité de leur enfant qui se mobilisent quand survient un problème (pas de spoil, ne vous inquiétez pas), c’est impossible en réalité. L’investissement des parents et la motivation des enfants sont les conditions sine qua non au lancement du projet. D’ailleurs, « un instrument qui entre dans un foyer, ça change une famille, soutient la musicienne. Il faut modifier l’organisation de l’espace, du temps… Ça a des effets très concrets, à la fois immédiats et durables, pour chacun des membres autour de l’enfant qui apprend. »

  • L’enseignant qui apprend avec ses élèves

Dans le film, Farid, professeur principal de la classe de sixième concernée par le programme d’apprentissage de la musique, avoue son désir d’apprendre le violon et se joint aux élèves. « En réalité, c’est plutôt conseillé pour les enseignants chargés de développement social, [une personne de l’entourage éducatif des enfants qui les connaît donc bien] d’apprendre avec les élèves, affirme la violoncelliste. L’idée c’est de dire : "Je t’apprends à grandir, mais j’apprends la musique avec toi et il est fort probable que tu puisses m’aider parce que tu apprendras plus vite que moi." » Un partage qui se poursuit sur la scène de la Philharmonie, où l’adulte référent se produit avec ses élèves.

  • La musique

Dans le film, les enfants jouent Shéhérazade, un poème symphonique du compositeur Rimski-Korsakov, et Arnold, celui qui manifeste le plus d’aptitudes pour la musique, interprète son solo. Impensable dans la réalité. « Il faut se rendre compte que pour jouer comme le font les enfants du film, il faut quinze ans d’apprentissage de la musique, remarque Haluka Chimoto. C’est un conte, avec l’assiduité, les découragements, l’aventure humaine qu’on rencontre dans la réalité. »

Elle poursuit : « Mais la réalité, avec des enfants qui ne jouent pas à la perfection est encore plus belle que ce qu’on nous montre à l’écran : c’est bouleversant parce que faire de la musique ce n’est pas uniquement jouer des notes. » Apprendre que faire des erreurs n’est pas un échec, jouer avec les autres, prendre confiance en soi… Tout ça ne se voit pas forcément à l’écran, et pourtant, cela fait aussi partie des objectifs du projet Démos, au même titre que de faire de la musique.