Après Polanski, la Cinémathèque honorera Jean-Claude Brisseau, condamné pour agression sexuelle

POLEMIQUE Jean-Claude Brisseau a été condamné en 2005 pour harcèlement sexuel sur deux actrices, et en 2006 pour agression sexuelle sur une troisième actrice…

Anne Demoulin
— 
Le réalisateur Jean-Claude Brisseau en 2012 à Locarno.
Le réalisateur Jean-Claude Brisseau en 2012 à Locarno. — Urs Flueeler/AP/SIPA

Un nouveau bad buzz à venir pour la Cinémathèque Française ? Alors que la rétrospective consacrée à Roman Polanski, accusé par cinq femmes de viols et d’agressions sexuelles, fait l’objet de nombreuses critiques en plein scandale Harvey Weinstein, et au milieu des hashtags #BalanceTonPorc et #MeToo, Laure Salmona, militante féministe à l’origine de la  pétition pour l’annulation de la rétrospective Polanski, rappelle que la Cinémathèque entend aussi honorer Jean-Claude Brisseau en janvier 2018.



Le réalisateur de Noce Blanche a été condamné en 2005 pour harcèlement sexuel sur deux actrices, et en 2006 pour agression sexuelle sur une troisième actrice. La cinémathèque a déjà programmé l’avant-première de son nouveau film, en sa présence, l’institution ne voulant « se substituer à aucune justice ».

Des « crimes sexistes » justifié par sa « position d'“artiste” »

Tandis que la cinémathèque salue l’un des cinéastes les « plus singuliers d’aujourd’hui » et une « œuvre mélodramatique et engagée, romantique et érotique, philosophique et sensuelle », le collectif Osez le féminisme dénonce la célébration d’« agresseurs impunis ».

« La programmation inclut Les Anges exterminateurs, film d’auto-absolution du cinéaste, justifiant ses crimes sexistes par sa position d’“artiste”, et renvoyant la responsabilité sur les actrices, “transgressives” et “perverses” », rappelle Osez le féminisme dans un communiqué

La pétition réclamant l'annulation de la rétrospective Polanski, mise en ligne vendredi dernier et adressée à la Cinémathèque, a recueilli plus de 27.000 signatures. L'association Osez le féminisme organise un rassemblement à la Cinémathèque française à Paris, le 30 octobre à 20 heures, au moment où aura lieu la soirée d’inauguration de la rétrospective en présence de Roman Polanski. Nul doute que la rétrospective Jean-Claude Brisseau recevra le même accueil de la part des féministes en janvier.