VIDEO. Comment Sverrir Gudnason a appris à jouer au tennis pour la finale «Borg/McEnroe»

BIOPIC Sverrir Gudnason est remarquable dans « Borg/McEnroe », où l’acteur suédois endosse le rôle du tennisman qui s’apprête à affronter son plus célèbre adversaire américain en finale de Wimbledon en 1980…

Caroline Vié

— 

Sverrir Gudnason et Shia LaBeouf dans Borg/McEnroe de Januz Metz Pedersen
Sverrir Gudnason et Shia LaBeouf dans Borg/McEnroe de Januz Metz Pedersen — Pretty Pictures
  • Le film revient sur la rivalité qui opposa Björn Borg à John McEnroe.
  • Tennis et vie privée des deux joueurs sont au centre de cette chronique.
  • Nul besoin de s'intéresser au tennis pour trouver le film passionnnant.

Entrer dans la peau du joueur de tennis Björn Borg n’a visiblement pas été une mince affaire pour Sverrir Gudnason. Le comédien suédois a même d’abord refusé le rôle qui devait l’opposer à  Shia LaBeouf, qui joue son rival américain  John McEnroe dans Borg/McEnroe de Januz Metz Perdersen.

« Borg est une icône dans mon pays et je savais qu’on m’attendrait au tournant », avoue l’acteur à 20 Minutes. Il lui a fallu le temps de digérer la proposition avant d’accepter mais il a bien fait de se décider : il est époustouflant dans cette chronique filmée comme un thriller, capable de passionner même les spectateurs qui se fichent du tennis !

Sverrir Gudnason le Borg de Borg/McEnroe

A post shared by @caroklouk on

Apprendre à jouer au tennis

Le réalisateur d’Armadillo a puisé dans son expérience de documentariste pour filmer une période clef de la carrière des tennismen, celle où ils finiront par s’affronter en finale lors du tournoi de Wimbledon en 1980. « Je n’avais jamais mis les pieds sur un court de tennis, ni même regardé un match, avoue Sverrir Gunadson. Il m’a fallu non seulement apprendre à jouer, mais à jouer comme Borg. » Il a dû s’initier avec des raquettes en bois à répéter inlassablement les mouvements du joueur, comme s’il s’agissait d’un ballet.

Un pas de deux

« Il était aussi indispensable que Shia LaBeouf et moi soyons capables de jouer ensemble. Nous avions quatre entraîneurs qui nous ont montré comment se renvoyer la balle. Nous devions être crédibles séparément mais aussi face à face. » Six mois d’entraînement ont été nécessaires pour mettre leur jeu au point et leur permettre de réaliser un pas de deux sportif. « Cela m’a aidé à entrer dans le personnage de Borg : l’archétype du Scandinave introverti », reconnaît Sverrir Gudnason. Björn Borg n’était pas un homme facile à cette époque. Il ressentait le besoin de tout contrôler autour de lui, quitte à se montrer vraiment pénible avec son entourage.

En route pour la gloire

« Avoir toutes sortes de tics et de superstitions lui permettait de se sentir en sécurité pour se concentrer ensuite sur son jeu », insiste Sverrir Gnudasson, qui n’a rencontré le vrai Borg qu’à la première du film. « Il m’a félicité mais se sentait aussi gêné que moi qui l’avait incarné pendant presque un an, confie-t-il. Cela nous semblait à tous les deux un peu étrange… »

Après s’être fait un nom en Suède, le comédien devrait vite connaître une gloire internationale. Comme acteur de cinéma, même s’il continue à jouer au tennis. Il s’apprête déjà à tourner dans un film produit par Terrence Malick.

Nail your off-court style with a little inspiration from #BjörnBorg and #JohnMcEnroe. #BORGvsMcENROE

A post shared by Borg vs McEnroe (@borgvsmcenroemovie) on