VIDEO. Les violons de «La Mélodie» font vibrer les cordes sensibles des spectateurs

COMEDIE Kad Merad est tendrement drôle dans ce feel-good movie sur des gamins de quartier passionnés de musique…

Caroline Vié

— 

Kad Merad dans La mélodie de Rachid Hami
Kad Merad dans La mélodie de Rachid Hami — Arnaud Borrel / Mizar Films/UGC distribution
  • Kad Merad incarne un professeur qui enseigne le violon à des collégiens.
  • Il livre une composition émouvante au milieu de jeunes acteurs très doués.
  • Cette chronique vibrante d’humanité a tout pour séduire un public familial.

C’est le feel-good movie de cette fin d’année ! Présenté à la Mostra de Venise, La Mélodie de Rachid Hami (sortie le 8 novembre) vibre de musique et d’humanité. Kad Merad trouve l’un de ses rôles les plus marquants en professeur qui initie au violon et à la musique classique une classe de collège pas vraiment facile…

Cette chronique tendre, dont Bruno Coulais a signé la partition, possède tous les atouts dans son étui pour attirer un public familial, tandis que l’enseignant épaulé par un collègue, brillamment incarné par Samir Guesmi, apprend tout autant de ses élèves qu’ils découvrent de lui. Le choc entre ces fortes personnalités fait des étincelles !

Kad Merad, fragile et fort

Après sa composition sur le petit écran dans Baron noir, son passage derrière la caméra pour Marseille et son apparition dans la comédie Alibi.com, Kad Merad a fait confiance au jeune réalisateur Rachid Hami qui lui a offert un personnage émouvant, s’attachant progressivement à des enfants pas toujours prêts à l’écouter.

Un jeune réalisateur prometteur

Rénély Alfred dans La Mélodie de Rachid Hami
Rénély Alfred dans La Mélodie de Rachid Hami - UGC distribution

Découvert comme comédien dans L’Esquive d’Abdellatif Kechiche et Rois et Reine d’Arnaud Desplechin, Rachid Hami dévoile sa sensibilité avec ce premier long-métrage en tant que réalisateur. Sa sincérité à fleur de peau nimbe cette histoire revigorante qui redonne foi en la solidarité.

Des stars en herbe

Il est difficile d’imaginer que les jeunes acteurs n’avaient jamais touché un violon avant d’être retenus pour incarner des gamins bouillonnants de vie et passionnés d'un coup pour la musique. Que ce soit pendant les scènes de concert, les répétitions ou les discussions, tous sont d’un naturel incroyable, notamment la révélation Renély Alfred.

D’après des histoires vraies

Les aventures de ces jeunes sont basées sur les classes orchestres chapeautées par l’Education nationale qui permettent aux enfants des quartiers d’apprendre la musique. Le réalisateur a rencontré de nombreux élèves dont il s’est inspiré pour écrire le scénario du film en collaboration avec Guy Laurent, coauteur de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu.

Entre "Les Virtuoses" et Les "Choristes"

La Mélodie s’inscrit fièrement dans la tradition des comédies sociales comme Billy Elliott, Les Virtuoses ou Les Choristes (dans lequel Kad Merad incarnait un prof de gym). Il suffit de voir l’accueil triomphal que le film a reçu de la part du jeune public en ouverture de Mon premier Festival pour comprendre que cette belle histoire parle vraiment aux bambins, comme à leurs parents.