VIDEO. «Jigsaw» éparpille toujours ses victimes façon puzzle, mais alors pourquoi plait-il autant?

HORREUR Le huitième volet de la saga « Saw » permet de retrouver le tueur sadique et ses pièges meurtriers… Mais comment fait-il pour séduire toujours autant son public de fans ?

Caroline Vié

— 

Matt Passmore dans Jigsaw de Michael et Peter Spieirig
Matt Passmore dans Jigsaw de Michael et Peter Spieirig — Metropolitan Filmexport
  • Pour « Jigsaw », le tueur au puzzle a mis au point de nouveaux pièges délirants.
  • Les fans seront à la fête grâce à ses inventions sadiques.
  • Les réalisateurs n’ont pas lésiné sur les effets gore, marque de fabrique de la saga « Saw ».

La saga devait s’arrêter avec Saw 3D : les producteurs l’avaient juré ! C’était sans compter l’imagination débordante de Jigsaw, le tueur au puzzle, qui donne son nom au huitième volet de ces aventures aussi gore que macabres. Tobin Bell revient donc d’entre les morts une nouvelle fois pour piéger de sales gens qui ont beaucoup de choses à se reprocher.

>> A lire aussi : «Saw 3D»: Tobin Bell fait le grand «saw»

Jigsaw des frères Spieirig permet de retrouver les ingrédients qui ont fait le succès de films d’horreur aux séquences de torture particulièrement graphiques. Mais pourquoi les spectateurs se ruent-il en masse pour voir des particuliers au passé peu reluisant se faire massacrer par un assassin retors ? 20 Minutes a cherché des éléments de réponse…

He's back..... #JIGSAWMovie

A post shared by Jigsaw (@officialjigsawmovie) on

C’est ludique…

« Let’s play a game » (« Jouons à un jeu ») dit le sadique avant d’envoyer ses victimes au massacre. Bien évidemment, ce n’est pas une invitation car les concurrents sont contraints de participer et ils sont certains de perdre la partie à ce jeu de dupes.

C’est inventif…

Le Jigsaw a le sens de la fête ! Ses pièges sont toujours surprenants. Conçus pour broyer, mutiler ou déchirer, ils remplissent leur fonction de façon remarquable contraignant les victimes à se faire très mal pour tenter de s’échapper.

Come clean and confess. #Jigsaw

A post shared by Jigsaw (@officialjigsawmovie) on

On compatit…

Les sévices que subissent les personnages sont extrêmes mais certaines plaies évoquent de douloureux souvenirs à quiconque s’est déjà blessé avec du fil de fer ou des outils. Le spectateur comprend donc la douleur des héros, juste ce qu’il faut.

…mais de loin

Certes, ça fait mal de voir une fille se faire écraser le visage par une mécanique diabolique ou des êtres s’entre-découper. Mais le spectateur lui-même ne joue pas personnellement avec Jigsaw. Il ne risque rien à souffrir à distance, tout en croquant son pop-corn.

Jigsaw est franc du collier…

Au milieu de films d’horreur mous du genou où l’on ne voit rien ou pas grand-chose, Jigsaw affiche bien haut les couleurs rouge vif du gore bien dégoulinant. Ça saigne avec entrain, assez pour donner au public son comptant d’hémoglobine.

Jigsaw est increvable…

Bien qu’il ait été tué dans le premier volet, Jigsaw ne se résout pas à passer de vie à trépas ! Il est devenu une icône du cinéma d’horreur avec son magnéto à cassettes et sa marionnette blafarde. On l’attend au tournant pour un neuvième volet.