Affaire Harvey Weinstein: «Je savais très bien quelle bête il y avait en lui», explique Juliette Binoche

SCANDALE La comédienne raconte dans un entretien au « Monde » ses expériences avec le producteur accusé de viols, avec lequel elle a travaillé à de nombreuses reprises…

C. F.

— 

Juliette Binoche et Harvey Weinstein, à Londres le 12 février 2001.
Juliette Binoche et Harvey Weinstein, à Londres le 12 février 2001. — Richard Young/Rex/Shutterstock

Dans un entretien accordé au Monde publié ce lundi, Juliette Binoche évoque Harvey Weinstein, qu’elle connaît bien. La comédienne a travaillé à plusieurs reprises avec le producteur accusé de harcèlement sexuel et de viol au cours de sa carrière, notamment avec Le Patient anglais d’Anthony Minghella, film pour lequel elle a obtenu l’oscar de la meilleure actrice dans un second rôle en 1997.

>> A lire aussi : Affaire Harvey Weinstein: Julie Delpy révèle avoir été agressée par un réalisateur à 13 ans

Juliette Binoche se dit « choquée par les faits les plus graves qui sont rapportés – à savoir que certaines d’entre elles accusent Harvey Weinstein de les avoir violées »Elle explique n’avoir pas été harcelée par le producteur américain, dont elle rappelle « l’enthousiasme pour le cinéma d’auteur » dans les années 1990. « La seule fois où j’ai entendu une insinuation sexuelle verbale de sa part, je ne l’ai pas prise au sérieux, se souvient-elle. J’ai répondu immédiatement par un revers de balle hors jeu. »

« Comme toutes les filles, j’ai fait mes classes »

Harvey Weinstein est « le genre de type avec lequel je n’irai jamais m’amuser, raconte Juliette Binoche. J’ai déjeuné avec lui une fois en tête-à-tête dans sa suite, je n’ai pas senti de danger, mais je n’ai pas compris pourquoi il tenait à me voir. » L’actrice des Amants du Pont-Neuf ajoute que « face à la corpulence de Harvey, face à son énergie, sa voix, son débit, face aux mots qu’il utilise, à ses croyances, en s’approchant d’un tel pouvoir, il faut savoir où on met les pieds et éveiller son intelligence à ne pas se faire piéger ».

>> A lire aussi : Harvey Weinstein se montrerait insupportable en cure de désintoxication

Harvey Weinstein « est un être complexe et tout aussi bizarrement attachant, poursuit Juliette Binoche. Mais je savais aussi très bien quelle bête il y avait en lui »La comédienne reconnaît que le métier d’actrice est « un métier dangereux » où « l’intuition est primordiale », et que « le cinéma américain d’aujourd’hui est un cinéma du désir de puissance et de pouvoir ».

Si Juliette Binoche affirme n'avoir jamais été agressée par le réalisateur américain, elle confie en revanche au Monde avoir été victime d'un metteur en scène lorsqu'elle avait 18 ans, puis d'un producteur à ses 21 ans. « Comme toutes les filles, j’ai fait mes classes, j’ai appris à me détourner, à me rebeller, à m’insurger face à l’impunité masculine. Finalement, ces batailles-là m’ont permis de me positionner et souvent, la rage n’était pas loin », admet l'actrice.