Roman Polanski accusé d’avoir agressé sexuellement une artiste quand elle avait 10 ans

AGRESSION La Cinémathèque française met Roman Polanski à l’honneur le 30 octobre…

L.B.

— 

Roman Polanski à Cannesen mai 2014
Roman Polanski à Cannesen mai 2014 — Joel Ryan/AP/SIPA

Roman Polanski est à nouveau accusé d’agression sexuelle. L’artiste américaine Marianne Barnard a dévoilé au Sun que le réalisateur l’avait agressée quand elle avait 10 ans. L’affaire Harvey Weinstein, qui ébranle Hollywood après les révélations du New York Times et du New Yorker sur le comportement de prédateur du producteur avec de nombreuses actrices, aurait poussé la jeune femme à sortir du silence.

>> A lire aussi : Nouvelle accusation de viol contre Roman Polanski, la police ouvre une enquête

« J’ai commencé à me sentir très mal à l’aise »

Les faits remonteraient à 1975. Mannequin enfant, elle se retrouve sur une plage, près de Malibu (Californie), avec sa mère. Elle se fait photographier en maillot de bain sur les rochers par le cinéaste. Il lui aurait ensuite demandé de retirer le haut de son bikini, puis le bas, pour porter seulement un manteau de fourrure.

« Lorsqu’il a voulu que je retire le bas de mon maillot, j’ai commencé à me sentir très mal à l’aise. Après, j’ai réalisé que ma mère avait disparu. Je ne sais pas où elle est partie, je ne l’ai pas vue partir, mais elle n’était plus là. Et il m’a agressée », raconte Marianne Barnard au Sun.

« Il est mis sur un piédestal »

Par le biais de son avocat, Roman Polanski «conteste formellement les accusations». « Les seuls faits qu'on peut lui reprocher sont ceux qui concernent Samantha Geimer qu'il a reconnus dès sa première audition il y a quarante ans et à l'égard desquels Madame Geimer s'est encore exprimée récemment, en réaffirmant à la fois son pardon à Monsieur Polanski et les reproches qu'elle faisait à la justice américaine. La justice suisse et la justice polonaise ont estimé qu'il avait exécuté sa peine, et au-delà. Il conteste toutes les autres accusations sans fondement dont il a fait l'objet», indique un communiqué publié dimanche.

En parallèle, la Cinémathèque française met Roman Polanski à l’honneur le 30 octobre prochain. L’organisme prévoit une soirée consacrée au cinéaste avec pour l’occasion la projection de son dernier film adapté du best-seller de Delphine de Vigan, D’après une histoire vraie. Alors que le cinéaste est sous le coup de poursuites aux États-Unis pour le viol d’une mineure depuis quarante ans, cet hommage a été dénoncé par les féministes de l’association Politiqu’elles, dans les colonnes du Figaro.

>> A lire aussi : «Il n'y aura pas de président» aux César 2017 après le retrait de Roman Polanski

« Il est mis sur un piédestal à la Cinémathèque française. Beaucoup d’artistes jugés coupables ou présumés coupables sont réhabilités par la société et continuent d’être honorés, critique Fatima El Ouasdi, porte-parole du collectif. Sur Internet, les réactions ne sont pas différentes.