Bob Weinstein, le frère d'Harvey, ne peut pas se «battre pour l'indéfendable»

CONFIDENCES Le confondateur de la Weinstein Company brosse un portrait à charge...

L.B.

— 

Bob et Harvey Weinstein en 2003
Bob et Harvey Weinstein en 2003 — RTN / MediaPunch/AP/SIPA

Ils ont travaillé toute leur vie main dans la main. Bob Weinstein, le jeune frère d’Harvey, cofondateur de The Weinstein company en 2005 s’exprime sur le scandale dans les colonnes de The Hollywood reporter, samedi. « Je vis un cauchemar éveillé », explique ce père de trois filles. « J’ai le coeur brisé pour la femme qu’il a blessée. Toute ma vie d’adulte, je me suis battu pour les films que je voulais voir à l’écran. Je me suis battu pour mes salariés qui ont consacré leurs vies à réaliser la vision de cette entreprise, que mon frère et moi avons fondée. Mais je ne peux pas me battre pour l’indéfendable », lance-t-il.

« Arrogant », « tyran »

Pouvait-il vraiment ne pas être au courant des actions d’Harvey ? Il savait que son frère flirtait et trompait sa femme, ce qu’il qualifie de « dégoûtant », mais il n’était pas dans la chambre avec lui, insiste-t-il. « Pour moi, il était seulement infidèle, ce n’était même pas comme s’il avait une maîtresse, c’est l’une après l’autre et je le savais. Je ne savais pas qu’il était le prédateur qu’il est. Je croyais que les rapports étaients consentants », affirme-t-il avant de décrire la personnalité de son frère : un tyran, arrogant, qui parlait aux gens « comme de la merde ».

>> A lire aussi : Une cinquième actrice accuse le producteur de viol

Bob Weinstein réfléchit à un plan pour la suite. Mais une chose est sûre, la Weinstein Company va changer de nom.

Le producteur a nié toutes les accusations de relations sexuelles non consenties. Cinq femmes, dont Asia Argento et Rose McGowan, l’ont déjà accusé de les avoir violées. L’Académie américaine du cinéma, qui remet notamment les prestigieux Oscars, a décidé samedi d’exclure le producteur accusé de harcèlement, agression ou viol par une trentaine de femmes.