Les feuilletés aux anchois du «Sens de la fête», mythe de cinéma ou réalité des traiteurs de mariage?

RÉALITÉ «20 Minutes» a demandé à des traiteurs de mariage si la technique des feuilletés aux anchois servis en cas de problèmes par le traiteur du «Sens de la fête» était utilisée dans la réalité...

Maria Aït Ouariane et Claire Barrois

— 

Dans le film «Le sens de la fête», le traiteur a ses petits stratagèmes pour couper la faim des invités.
Dans le film «Le sens de la fête», le traiteur a ses petits stratagèmes pour couper la faim des invités. — A. Ibanov /Thibault GRABHERR 2017 QUAD+TEN / TEN FILMS / GAUMONT / TF1 FILMS PRODUCTION / PANACHE PRODUCTIONS / LA COMPAGNIE CINEMATOGRAPHIQUE

« Le feuilleté plâtre les estomacs et l’anchois, très salé, fait boire. Avec de l’eau gazeuse, ça fait gonfler l’estomac. De quoi faire patienter les invités. » C’est, en substance, ce que les serveurs du Sens de la fête expliquent au petit nouveau en badigeonnant les fameux feuilletés de jaune d’œuf. La raison de l’utilisation de ce stratagème ? Un plat à recommencer à zéro et des invités affamés. Mais, dans la réalité, les traiteurs ont-ils vraiment un congélateur rempli de feuilletés surgelés ? 20 Minutes leur a posé la question.

Tous les traiteurs contactés sont formels : il est franchement compliqué de se promener en permanence avec un congélateur assez grand pour contenir des feuilletés pour une centaine d’invités ou plus. Et, selon eux, un traiteur travaille sans filet. Si le plat est foutu, les invités n’auront pas de plat. C’est d’ailleurs à ça qu’on reconnaît un bon traiteur : il est impossible que sa viande se retrouve dans un réfrigérateur débranché. Mais ils ont tout de même de petites anecdotes savoureuses.

Le « trou normand improvisé »

Impossible donc, de se retrouver à ne rien avoir à servir aux invités. Mais de se retrouver un peu en retard après un incident et devoir faire patienter les clients, ça peut arriver. Lille Ô Saveurs, à Templeuve (Nord) envisage de « sortir un sorbet mandarine avec une pipette de limoncello, pour une sorte de trou normand improvisé » et ainsi retomber sur ses pattes en cuisine le temps de la dégustation.

Le Traiteur des garrigues à Montpellier, confirme que la situation du film ne pourrait pas arriver dans la réalité : « Les commandes sont faites sur mesures et sont ultra-précises, affirme-t-il. On ne pourrait pas s’en sortir si toute la viande était à jeter. En revanche, le photographe qui n’arrête pas de bouffer et le DJ qui veut manger comme les convives sont très réalistes. »

La solution ? Tricher

Le traiteur Patrice Et Solange à Perpignan est sur la même longueur d’onde : « Nous n’avons pas de plan B, mais on peut tricher avec d’autres ingrédients ». Leur pire souvenir ? Un mariage en août où ils devaient cuisiner à l’extérieur et installer les petits fours, « mais une averse de grêle est tombée et on a été contraint de cuisiner parmi les invités, dans la salle de réception. » Un moindre mal.

Lille Ô Saveurs a aussi souffert de l’orage. « L’humidité et la chaleur faisaient tourner le caramel de la pièce montée et on la voyait dégringoler de derrière, confie le traiteur, également chef à domicile. On l’a rapportée en cuisine, et on a trouvé un cône de chantier qu’on a recouvert d’aluminium et de film alimentaire, on a refait un caramel en quatrième vitesse et on a recollé les choux un à un ». Il se passe bien des choses étranges en cuisine, mais donc, pas un feuilleté aux anchois à l’horizon.