VIDEO. Affaire Harvey Weinstein: Après les accusations, Oliver Stone pense que le producteur est victime d'un «système de justicier»

SCANDALE WEINSTEIN Le réalisateur américain Oliver Stone a estimé que le producteur Harvey Weinstein était «condamné par un système de justiciers»...

C.B. avec AFP

— 

Oliver Stone
Oliver Stone — WENN

Visiblement, Harvey Weinstein n’a pas perdu tous ses soutiens. Le producteur et magnat de Hollywood, accusé de harcèlement sexuel et de viols, a été défendu par Oliver Stone, le réalisateur américain du « documentaire » sur Vladimir Poutine, dans lequel il laissait le président russe proférer toutes sortes de mensonges sans jamais le contredire. Ce dernier, président du jury d’un festival de cinéma à Busan, en Corée du Sud, a estimé qu’Harvey Weinstein était « condamné par un système de justiciers ».

>> A lire aussi : Quand Harvey Weinstein organisait des soirées «partouzes et cocaïne» à Cannes

« Moi, je crois à la théorie selon laquelle il faut attendre jusqu’à ce que cela arrive au procès », a déclaré le réalisateur, estimant que l’industrie du cinéma et le public jugeaient prématurément Harvey Weinstein. « S’il a enfreint la loi, ça se saura, a ajouté Oliver Stone. Pour moi, un homme ne devrait pas être condamné par un système de justiciers. » Hollywood est truffé « d’histoires d’horreurs », mais les accusations à l’encontre du producteur, qui s’étalent sur de nombreuses années, ne sont pour le moment que des rumeurs, estime le réalisateur de JFK.

« Je ne vais pas commenter les cancans »

« Ce qu’il traverse n’est pas facile. Au cours de cette période, j’étais un rival et je ne le connaissais pas vraiment. J’ai entendu des histoires d’horreurs sur tout le monde dans le travail, donc je ne vais pas commenter des cancans », a déclaré Oliver Stone. Harvey Weinstein, l’un des plus puissants producteurs de Hollywood, a été licencié dimanche par sa propre maison de production, The Weinstein Company, trois jours après la publication dans le quotidien américain New York Times d’une enquête révélant une série d’accusations de harcèlement sexuel à son encontre.

“This way of treating women ends now.” When @gwynethpaltrow was 22, she got a role that would make her a star: Harvey Weinstein hired her for the lead in the Jane Austen adaptation “Emma.” Before shooting began, he summoned her to his suite at @thepeninsulabh for a meeting. It ended with him placing his hands on her and suggesting they head to the bedroom for massages, she said. “I was a kid, I was signed up, I was petrified,” #GwynethPaltrow said in an interview, publicly disclosing that she was sexually harassed by the man who ignited her career and later helped her win an Academy Award. She refused his advances, she said, and confided in Brad Pitt, her boyfriend at the time. He confronted the producer, and soon after, #Weinstein threatened her not to tell anyone else. Rosanna Arquettehas a similar account, as does Judith Godrèche, a leading French actress. And Angelina Jolie said that during the release of “Playing by Heart,” #HarveyWeinstein made unwanted advances on her in a hotel room. “I had a bad experience with Harvey Weinstein in my youth, and as a result, chose never to work with him again and warn others when they did,” she wrote in an email. “This behavior towards women in any field, any country is unacceptable.” @geordiewood photographed @gwynethpaltrow in 2014. Visit the link in our profile to read more.

A post shared by The New York Times (@nytimes) on

Il est accusé par plusieurs femmes, parmi lesquelles les actrices vedettes Ashley Judd et Rose McGowan, ou encore les françaises Emma de Caunes et Léa Seydoux, d’avoir tenté de les masser, de les avoir forcées à le regarder nu ou d’avoir promis de favoriser leur carrière en échange de faveurs sexuelles. L’homme de 65 ans est désormais visé par une enquête policière à New York ainsi qu’au Royaume-Uni, et a été accusé jeudi d’un quatrième viol.