«Mes copines sont au lycée»: La blague douteuse de Jean-Luc Lahaye coupée au montage

POLEMIQUE Le producteur et réalisateur Thomas Langmann a pris la décision de couper la scène incriminée, après la réaction de l’association la Voix de l’enfant...

20 Minutes avec AFP

— 

Jean-Luc Lahaye, le 23 mars 2015 à son procès pour corruption de mineure
Jean-Luc Lahaye, le 23 mars 2015 à son procès pour corruption de mineure — DOMINIQUE FAGET AFP

La scène avait suscité l’indignation des internauteset de l’association la Voix de l’enfant. Conséquence, elle va être supprimée du montage final du film Stars 80, la suite. Le chanteur Jean-Luc Lahaye blaguait sur le fait que ses copines n’étaient pas encore là, parce qu'« elles sont au lycée… Ben oui, elles passent leur bac ». Lui, condamné pour corruption de mineure.

>> «Stars 80, la suite»: La blague douteuse de Jean-Luc Lahaye sur les lycéennes passe mal

«Thomas Langmann a décidé de couper la scène incriminée»

« Le producteur et réalisateur Thomas Langmann a pris la décision de couper la scène incriminée, après la réaction de l’association la Voix de l’enfant », a indiqué dimanche l’attaché de presse de Stars 80, la suite, dont la sortie est prévue le 6 décembre. L’association avait demandé vendredi que ce passage « révélant à nouveau l’attirance » du chanteur « pour des lycéennes et faisant référence à sa condamnation » soit retiré.

Jean-Luc Lahaye, 64 ans, a été condamné à un an d’emprisonnement avec sursis le 18 mai 2015 pour corruption de mineure, pour avoir demandé à une jeune fille de 14 ans de s’adonner à des jeux sexuels par webcam interposée. L’ex-vedette des années 80 avait également été condamné en 2007 à 10.000 euros d’amende pour des relations sexuelles avec une mineure de 15 ans.

>> A lire aussi : «J'aime les jeunes femmes», reconnaît Jean-Luc Lahaye

Jean-Luc Lahaye n’a jamais eu « la moindre intention de blesser, de choquer ni de heurter quiconque » et regrette « vivement si cela a pu être le cas », avait pour sa part fait valoir l’avocat du chanteur, ajoutant que « la plaisanterie litigieuse, consistant en un trait d’humour ironique et dérisoire s’inscrit uniquement dans le caractère comique de la réalisation et correspond strictement au script du film ».