VIDEO. Nakache et Toledano ont «Le Sens de la fête», mais aussi le sens de l'humour

COMEDIE Après «Intouchables» et «Nos jours heureux», Olivier Nakache et Eric Toledano signent une nouvelle fantaisie irrésistible…

Caroline Vié

— 

Le sens de la fête d'Olivier Nakache et Eric Toledano
Le sens de la fête d'Olivier Nakache et Eric Toledano — Gaumont Distribution
  • « Le sens de la fête » fait partager une réception de mariage mouvementée.
  • Les réalisateurs de « Intouchables » ont entouré Jean-Pierre Bacri de comédiens tordants.
  • Ce film choral bien mené fait rire de bon cœur.

Ça fait du bien de rire de bon cœur et c’est le programme que proposent Olivier Nakache et Eric Toledano dans Le sens de la fête : deux heures en apnée dans les coulisses d’une réception de mariage qui évoquera sans doute bien des souvenirs à de nombreux spectateurs.

Pourquoi ce titre ?

« Si on a fait Le sens de la fête, c’est qu’on espère avoir le sens de l’humour », plaisante Olivier Nakache. Et on rit en effet, de voir ce pauvre  Jean-Pierre Bacri, en traiteur épuisé par les aléas du direct, jongler entre les cuisiniers, les serveurs et autres fâcheux qui semblent éprouver un malin plaisir à lui gâcher la vie.

« Pour nous, ce titre permet de montrer le côté positif des choses, explique Eric Toledano. Faire rire les gens dans un monde qui n’est pas toujours drôle. On espère vraiment apporter quelque chose de joyeux au public. »

Nakache et Tolédano ont-ils le sens de la fête sur leur tournage ?

Les réalisateurs ont choisi que l’action se déroule principalement sous une verrière, superbe décor qui les a contraint à tourner de nuit. Un moment propice pour la fête. « Certains cinéastes aiment la douleur et les conflits mais ce n’est pas notre cas, précise Oliver Nakache. Nous souhaitons que tout le monde soit le plus heureux possible, tant sur le plateau que dans la salle de cinéma. »

Et sur le tournage, tous les acteurs se sont mis au diapason : Gilles Lellouche en DJ grande gueule, Vincent Macaigne en serveur trop romantique, Jean-Paul Rouve en photographe ringard, Hélène Vincent en maman en encore verte. Et quelques révélations comme Eye Haïdera, la cheffe de rang mal embouchée ou Benjamin Lavernhe, le marié autocentré…

Le sens de la fête est-il compatible avec le travail ?

Autrement dit, arrive-t-il au duo Nakache-Toledano de perdre leur sens de la fête, comme Jean-Pierre Bacri, dont la patience est mise à rude épreuve pendant cette soirée…

« Contrairement à lui, nous pouvons nous permettre de choisir nos collaborateurs très en amont, insiste Olivier Nakache. Cela nous facilite la vie face aux soucis inévitables qu’on rencontre sur un tournage. On ne s’énerve jamais à ce point ! »

Comment Nakache et Tolédano ont-ils trouvé le temps de faire la fête pendant le tournage ?

Si Olivier Nakache et Eric Toledano se sont inspirés de plusieurs anecdotes réelles pour écrire leur histoire, ils se sont aussi amusés sur le plateau.

« Comme nous terminions le tournage vers cinq heures du matin, nous étions tous surexcités. Il était impossible d’aller se coucher car il fallait que l’adrénaline retombe, alors on remettait la musique et tout le monde dansait une demi-heure avant d’aller se coucher », se souvient Eric Toledano.

Le triomphe de "Intouchables" leur a-t-il donné l’impression de vivre une longue fête depuis 2011 ?

Le duo a signé le deuxième film français le plus vu de tous les temps mais n’a pas pris la grosse tête pour autant. « Nous n’en sommes qu’à notre sixième réalisation et il aurait été dommage de se laisser engloutir par ce succès. Nous avons choisi de lui laisser vivre à vie à l’étranger en nous concentrant sur de nouveaux projets », raconte Olivier Nakache. Le sens de la fête leur permettra peut-être d’atteindre de nouveau les sommets du box-office.