VIDEO. Quand «L'emprise des ténèbres» flanquait la frousse à Wes Craven

DVD Pour la ressortie en vidéo de « L’emprise des ténèbres », « 20 Minutes » revient sur la genèse de ce thriller fantastique sur fond de mythe vaudou…

Caroline Vié
— 
Bill Pullman dans L'emprise des ténèbres de Wes Craven
Bill Pullman dans L'emprise des ténèbres de Wes Craven — Wild Side
  • « L’emprise des ténèbres », thriller méconnu sur fond de culte vaudou sort dans une superbe édition vidéo.
  • Wes Craven, réalisateur des «Griffes de la nuit», a essayé de tourner le film à Haïti.
  • Il a renoncé suite à des menaces et autres phénomènes inquiétants.

Dans L’emprise des ténèbres (1987), les zombies ne mangent pas de chair humaine ce qui ne les empêche d’être très impressionnants. Et  Wes Craven, réalisateur des Griffes de la nuit (1984) et de Scream (1997) décédé en 2015, nous avait confiés, en 1995 au Festival de Sitges, avoir craint pour sa vie et celles de ses collaborateurs sur le tournage du film en Haïti.

« Au milieu des années 1980, j’en avais vraiment assez du genre horrifique et c’est ce qui m’a poussé vers l’histoire vraie de l’anthropologue Wade Davis, racontait-il à l’époque. Son récit me permettait de montrer que j’étais capable de faire un fim d’aventures dans un contexte politique tandis que les scènes d’hallucinations, très graphiques, rassuraient les financiers. »

Haïti et ses dangers

Le jeune Bill Pullman (Independence Day) incarne un scientifique mis à mal par des prêtres vaudous à Haïti en fin 1978 tandis que les tontons macoutes du régime Duvalier sèment une terreur bien réelle dans la population. « On a essayé de tourner sur place, mais c’était trop dangereux. J’ai eu beau essayer de m’assurer la protection de soldats et de prêtres du cru, nous sentions la mort planer autour de nous. Personne ne mérite de mourir pour un film », déclarait-il.

Prudence contre le vaudou

Quand le scénariste Richard Maxwell se retrouve zombifié par un sorcier haïtien qui lui a fait consommer une drogue très puissante, l’équipe décide de finir le tournage à Saint Domingue. « Je ne croyais pas au vaudou mais mon scénariste était comme possédé. J’ai eu vraiment la trouille qu’il ne s’en remette pas et j’ai redoublé de prudence dans mes rapports avec les autochtones, car je craignais de subir le même sort. » Ancien documentariste, Craven a cependant recueilli de nombreux témoignages d’Haïtiens sur le culte vaudou et sa pratique.

Plus fort que George Romero

Les séquences d’envoûtements, fort réussies, demeurent toujours aussi impressionnantes. « L’emprise des ténèbres est le seul film dont le sujet m’a fait peur. J’ai été heureux quand il a été terminé. » Bien que ce film ne soit pas le plus connu de son auteur, son atmosphère pesante et la folie qui nimbe les séquences hallucinatoires valent le déplacement. «  George Romero m’a dit que mes zombies faisaient plus peur que les siens parce qu’ils sont vrais », plaisantait Craven en 1995. On n’est pas loin de penser comme le réalisateur de La nuit des morts-vivants.

Wild Side, Combo Blu-Ray/DVD : 25 €.