Deauville 2017: Un cow-boy et un fantôme ont (presque) raflé tous les prix

PALMARES «Ghost Story» de  David Lowery a remporté trois prix majeurs avant de s'effacer devant «The Rider» pour la récompense suprême...

Caroline Vié

— 

The Rider de Chloé Zhao
The Rider de Chloé Zhao — Les films du losange
  • Les jurys ont été émus par le film fantastique « A Ghost story».
  • C'est cependant le western poétique «The rider» qui a obtenu le Grand prix.
  • «Brooklyn Yiddish» et «Mary» ont également été récompensés.

C’est un palmarès riche en surprises qu’ont livré les jurys de Michel Hazanavicius et Emmanuelle Bercot ce samedi soir après avoir visionné 14 longs-métrages. Si le grand favori A Ghost story de David Lowery a été couronné à trois reprises, c’est The Rider de Chloé Zhao qui a remporté le Grand prix de cette 43e édition où de nombreuses stars ont fait le voyage pour fouler les Planches.

>> A lire aussi : VIDEO. Festival de Deauville: «Etre président, c'est de la blague !», pour Michel Hazanavicius

Un fantôme bien aimé

A Ghost Story de David Lowery a fait verser des torrents de larmes au public en racontant la triste histoire d’un spectre condamné à errer dans sa propre maison. Casey Affleck (sous le drap) a ému les jurés au point de repartir avec les prix de la Critique, du jury et de la révélation Kiehl’s. Son réalisateur semblait aussi surpris que charmé par cette moisson. Ce magnifique moment de cinéma est notre coup de cœur !

Un cavalier blessé

Le revenant s’est fait souffler le Grand prix par The Rider, découvert à la Quinzaine des réalisateurs en mai dernier. Cette belle aventure sur la crise identitaire d’un cow-boy qui voit son avenir compromis après un accident a séduit car ce  film sensible confirme les promesses des Chansons que mes frères m’ont apprises, œuvre précédente de la cinéaste vue à Deauville en 2015.

Gamine craquante et papa poule

Le public a, quant à lui, plébiscité Mary de Marc Webb (sortie le 13/09), fable tendre sur une gamine surdouée que protège son oncle joué par Chris Evans résolu à la laisser profiter de son enfance. Le jury a également donné un prix à Brooklyn Yiddish de Joshua Z. Weistein (sortie le 25/10)  où un papa veuf et juif ultra orthodoxe se bat pour conserver la garde de son jeune fils.