«Valérian»: Le film de Luc Besson est-il un vrai flop international ou un bide maîtrisé?

BOX-OFFICE Après un échec en Europe et aux Etats-Unis, le film essaye de rattraper son retard grâce aux spectateurs chinois…

L.Be.
— 
Cara Delevingne dans «Valérian et la cité des mille planètes» de Luc Besson
Cara Delevingne dans «Valérian et la cité des mille planètes» de Luc Besson — EuropaCorp

Tous les regards étaient tournés vers la Chine ce week-end, le dernier espoir d’EuropaCorp. Mais le démarrage - si prometteur soit-il - ne serait pas suffisant pour sauver le soldat Valérian. Une sortie importante pour le long-métrage de Luc Besson, film le plus cher de l’histoire du cinéma européen avec un budget estimé à 200 millions d’euros, qui n’a pas toujours trouvé son public. Si Valérian et la Cité des Mille Planètes, adaptée de la série de bande dessinée de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières sur les aventures de deux agents intergalactiques, a déçu en France et dans le reste du monde, peut-on véritablement parler d’un naufrage ? Probablement pas…

Un bide intersidéral aux Etats-Unis

C’est surtout aux Etats-Unis que le film a connu un bide intersidéral. « Valerian s’annonce comme l’un des plus gros flops de l’année », écrit Variety dans un article du 21 août. Et pour cause. Outre Atlantique, il n’a fait que 39 millions de dollars de recettes, soit quatre fois moins que Dunkerque sorti le même jour, et trois fois moins que Lucy, le précédent film de Luc Besson, quatre semaines après sa sortie. Aujourd’hui, seulement 465 salles projettent le film outre-Atlantique, contre 3.553 à sa sortie.

Mais il ne subit pas le même sort en France avec plus de 3,4 millions de spectateurs en quatre semaines d’exploitation. C’est moins que le thriller SF porté par Scarlett Johannsson, qui avait attiré 4,2 millions de personnes en un mois, mais il s’accroche à la deuxième place du box-office, juste derrière La planète des singes – Suprématie. Et la roue tourne un peu en Chine où il s’impose en tête du box-office. Il faut dire que son diffuseur chinois Fundamental Films a mis le paquet avec un parc de salles estimé entre 5.000 et 7.000 salles (et 80.000 séances programmées chaque jour), souligne Le Point. Mais ce ne sera sans doute pas suffisant pour qu’il entre dans ses frais.

Pas de suite pour « Valérian » ?

Si le chiffre d’affaires de Valérian s’élève à 163,7 millions de dollars, selon Variety, son point de rentabilité est évalué à 400 millions de dollars par le magazine spécialisé. On est très loin du compte… Alors quelle est la suite pour EuropaCorp et la franchise ?

Comme l’explique Puremédias, tout le monde ne sera pas perdant dans l’histoire. EuropaCorp a vendu les droits du film dans de nombreux pays à des partenaires, le risque financier pour la boîte de production de Luc Besson est limité. Et les investisseurs ne seront pas tous impactés de la même manière par les mauvais résultats. C’est la franchise qui risque surtout d’en prendre un coup. Luc Besson envisageait le bide fin juillet dans une interview pour le Journal du dimanche. « Si ça fait un flop, quand je retournerai voir les investisseurs, ils me diront stop. Je croise les doigts car j’ai déjà écrit la suite ! Il faut rester humble avec les réussites ou les échecs, car on n’en sait jamais rien avant ». Et pour l’instant, ce n’est vraiment pas gagné.