VIDEO. «Ôtez-moi d’un doute»: Quand François Damiens démine ses origines

COMEDIE Comédie tendre sur la recherche de ses racines, « Ôtez-moi d’un doute » de Carine Tardieu a éclairé la dernière Quinzaine des réalisateurs…

Caroline Vié

— 

François Damiens dans Otez-moi d'un doute de Carine Tardieu
François Damiens dans Otez-moi d'un doute de Carine Tardieu — SND
  • « Ôtez-moi d’un doute » suit la quête d’un homme à la recherche de son vrai père.
  • Carine Tardieu, réalisatrice de « Du vent dans mes mollets » a confié ce rôle à François Damiens.
  • Epaulé par Cécile de France, l’acteur belge révèle sa fragilité dans cette comédie teintée de tendresse.

François Damiens vit une période difficile dans Ôtez-moi d’un doute de Carine Tardieu. L’acteur belge y incarne un démineur breton cabochard devant à la fois gérer la grossesse de sa fille de 23 printemps et le fait que son père n’est pas son vrai géniteur !

L’intrusion d’un médecin campée parCécile de France ne facilite pas les choses pour cet homme commençant doucement à perdre les pédales avec cette situation de folie.

La réalisatrice de Du vent dans mes mollets (2013) a transformé la Quinzaine des réalisateurs en arc-en-ciel vu les rires et les larmichettes déclenchées par ses belles histoires d’amour filiales, mais pas seulement. « Les racines, c’est ce qui m’intéresse en priorité quand je rencontre quelqu’un, confie la cinéaste à 20 Minutes. Plus que ce qu’elle fait dans la vie, c’est d’où elle vient qui me fascine ».

Entre force et fragilité

Cette problématique est celle à laquelle est confronté son héros qui doit à la fois rechercher son papa biologique et identifier celui de sa future petite-fille. François Damiens surprend une fois de plus par la maturité de son jeu, qu’il découvre des bombes sur une plage normande ou tente de faire face à des situations familiales épineuses. « Je l’ai choisi parce qu’il est imposant physiquement, ce qui rend sa fragilité plus touchante », déclare la cinéaste.

Sur les traces d’Yves Montand

Elle a pensé à Yves Montant, notamment dans César et Rosalie (1972) de Claude Sautet, avant de choisir le comédien belge. « François m’émeut avant de me faire rire », reconnaît-elle. Entre ces deux émotions, l’acteur évolue en funambule avec un charisme écrasant. Seule Cécile de France parvient à lui tenir tête notamment lors d’une scène de rencontre réjouissante. « Il fallait une femme forte et sensuelle qui puisse lui en imposer. Cécile sait rester féminine tout en faisant montre d’une force de caractère hors du commun. »

De la bombe !

Originalité supplémentaire, la profession du héros le rend d’autant plus fascinant. « Les démineurs ont les mêmes soucis que tout un chacun. Ce métier est rarement montré sous l’angle de la vie quotidienne. » Sa délicatesse pour manier les explosifs apporte une facette fascinante à cet homme dépassé. « J’ai failli appeler mon film Fil vert ou Fil rouge ? en hommage aux démineurs », s’amuse Carine Tardieu. Si vous aviez encore un doute, c’est cette douce fantaisie qu’il vous faut choisir de voir à la rentrée !