VIDEO. «Annabelle 2 - La création du mal» plonge dans le passé du jouet maléfique

HORREUR « Annabelle 2 - la création du mal » revient sur les origines de la poupée maléfique qui a terrorisé les salles de cinéma en 2014…

Caroline Vié

— 

Annabelle 2: la création du mal de David F. Sandberg
Annabelle 2: la création du mal de David F. Sandberg — Warner Bros
  • « Annabelle - la création du mal » est une préquelle du film de 2014.
  • On y découvre comment la poupée est devenue maléfique.
  • Ce deuxième volet joue sur les peurs enfantines.

Mais pourquoi la poupée Annabelle commet-elle le pire ? Préquelle du film de 2014, Annabelle 2 - la création du mal explique comment ce jouet habité par un esprit redoutable est devenu le cauchemar des malheureux qui l’approchent. Tout cela bien avant que le couple Warren, héros de la saga Conjuring, la neutralise et la conserve dans une vitrine de son musée du paranormal…

Après un premier volet fort rentable, on s’attendait à retrouver les aventures macabres du jouet offert à une fillette très aimée décédée tragiquement douze ans avant l’action. Ces premiers crimes, Annabelle les commet dans les années 1950 en terrorisant une bande d’orphelines et notamment une jeune infirme en fauteuil roulant brillamment incarnée par Talitha Bateman.

Poupée de sang

« La première fois que j’ai vu la vraie Annabelle chez les Warren, elle m’a vraiment fait peur, se souvient James Wan, producteur du film et réalisateur du premier Saw (2004). Il est bien clair que je ne l’aurais jamais exposée chez moi tant je la trouvais effrayante ! ». Les parents éplorés ( Anthony LaPaglia et Miranda Otto) croient d’abord que leur enfant s’est réincarnée le corps de porcelaine mais ils comprennent vite que les choses ne sont pas si simples.

Un prêtre sur le plateau

« Annabelle dégage quelque chose de vraiment particulier, Même quand ils ne l’entrevoient que quelques instants, les spectateurs se tortillent sur leur siège tant son apparence les met mal à l’aise, déclare James Wan. La poupée est si dérangeante que des membres de l’équipe ont demandé à un prêtre a été appelé pour bénir le plateau avant le début du tournage juste par précaution. Il faut dire que le joujou fait vraiment passer des frissons dans le dos même pas grand écran interposé. Annabelle 2 - la création du mal, plus rythmé que le premier volet, dose intelligemment ses effets sans oublier d’offrir des personnages attachants.

On se calme !

Le réalisateur David Sandberg (Dans le noir, 2016) a donné à son film « une touche classique qui le change des œuvres horrifiques d’aujourd’hui », précise James Wan qui apprécie le fait qu’un réalisateur puisse apporter sa personnalité au film. Les amateurs de frissons qui ont vibré à Conjuring et Annabelle ne seront pas déçus. Espérons juste qu’ils sauront se montrer plus respectueux de la tranquillité des spectateurs que pour les précédents opus.