VIDEO. Pierre Jolivet orchestre des «Hommes du feu» qui ne laissent pas de glace

PIN-PON Pierre Jolivet fait partager la vie quotidienne d’une caserne de pompiers à Roschdy Zem et Emilie Dequenne dans « Les Hommes du feu »…

Caroline Vié

— 

Roschdy Zem et Emilie Dequenne pour Les hommes du feu de Pierre Jolivet
Roschdy Zem et Emilie Dequenne pour Les hommes du feu de Pierre Jolivet — Roger Arpajou/Studio Canal
  • Roschdy Zem et Emilie Dequenne sont fort convaincants en pompiers.
  • Pierre Jolivet rend hommage aux soldats du feu.
  • Cette histoire humaine puise son inspiration dans la réalité.

Pierre Jolivet envoie Emilie Dequenne et Roschdy Zem partager la vie des pompiers dans Les hommes du feu, une chronique passionnante qui suit leur quotidien dans une petite caserne du sud la France. « Je me suis rendu compte que les pompiers avaient beaucoup fait partie de ma vie de citoyen et j’ai eu envie de leur rendre hommage », explique le réalisateur de Jamais de la vie à 20 Minutes.

Pierre Jolivet a rencontré de nombreux pompiers et reconnaît avoir eu grand peine à sélectionner les péripéties qui émaillent son film palpitant. « Les pompiers vivent des situations cinématographiques à longueur de journées », raconte-t-il. Souvent dramatiques, parfois revigorantes, les interventions sont filmées de façon aussi respectueuses et que dynamiques.

Une hiérarchie inquiète

Le choix de montrer la vie privée mais aussi les moments de détente que partagent les soldats du feu après des « sorties » parfois tragiques a inquiété leur hiérarchie. « Je voulais que les spectateurs soient avec les pompiers dans toutes les circonstances de leur existence. » Son récit empreint de respect et d’humanité ne peut que conforter l’admiration que le public ressent pour ces héros qui ne se considèrent pas comme tels. « Ils sont surpris quand on leur parle de courage car le danger fait partie de leur quotidien », insiste Pierre Jolivet.

Le mystère derrière la porte

C’est donc au plus près que le cinéaste filme ces hommes et cette femme dévoués. « J’ai voulu montrer ce qui m’a frappé dans les interventions : le fait qu’ils ne savent jamais ce qu’ils vont trouver derrière une porte close, » précise-il.

Il leur faut constamment s’adapter aux situations qui se présentent à eux : accidents, suicides, accouchements ou incendie en tous genres. « Certains de mes personnages sont moins ouverts que d’autres mais il ne peut pas y avoir de complets abrutis chez les pompiers : ils doivent savoir réagir au quart de tour sans mettre personne en danger. »

De l’ampleur et de l’intime

Alliant scènes d’action et moments plus intimes, Pierre Jolivet livre à la fois un divertissement rythmé et une étude psychologique fascinante. « On commence à parler d’une série télévisée », confie-t-il. On se prend tellement d’affection pour ses personnages que ce projet ne sera pas un feu de paille. On a vraiment envie d’en voir plus !